Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

La fièvre catarrhale ovine au cœur des débats dans un élevage essonnien

par Marine Guillaume, mis à jour à 10:24
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La fièvre catarrhale ovine au cœur des débats dans un élevage essonnien

À Étampes (Essonne), la famille Hautefeuille suspecte des cas de fièvre catarrhale ovine dans son troupeau de bovins viande. Elle demande à les faire vacciner, en vain.

Dans le petit hameau du Chesnay à Étampes (Essonne), la famille Hautefeuille vit des jours bien difficiles. Ces éléveurs à la tête d'un troupeau de cent bovins viande — Limousines et Charolaises — ont dû faire face, cet hiver, à une importante série d'avortements inexpliqués, une quarantaine de bêtes au total. 

« Nous n'avons eu pour le moment que quatre naissances sur plus de quarante attendues », témoigne Alain Hautefeuille qui assure que la fièvre catarrhale ovine (FCO) est responsable de ce mal : « Je vois mes animaux vraiment malades. Après leur avortement, elles se terrent dans le fond du bâtiment et dépérissent à vue d'œil. Certaines ont perdu plus d'un tiers de leur poids en quelques jours à peine. »

En janvier, Alain Hautefeuille fait faire des analyses sanguines et le verdict tombe : quatre bovins sont en effet positifs à la FCO.

Le préfet de l'Essonne prend alors un arrêté de mise sous surveillance de l'exploitation avec interdiction de sortie et l'éleveur — par la voix de son vétérinaire — procède à des demandes de vaccins pour son troupeau auprès de la direction départementale de Protection des populations (DDPP) de l'Essonne.

Mais rien ne vient. « Il y a eu une seconde série d'analyses faites, cette fois, par notre laboratoire certifié à Maisons-Alfort et les résultats ont été infirmés », assure à la DDPP de l'Essonne, Sylvain Posière : « Il n'y a pas de foyer de fièvre catarrhale en Essonne et de ce fait, l'arrêté a été abrogé environ une semaine après. »

Le vétérinaire de la DDPP assure par ailleurs que la FCO « n'est pas suspectée de provoquer des séries d'avortements de ce type ».

Pourtant, Alain Hautefeuille en est convaincu, la FCO est responsable et l'éleveur crie à la manipulation : « Après ces résultats négatifs, mon vétérinaire a envoyé au laboratoire des prélèvements d'organes pour pousser les recherches mais ceux-ci ont été refusés car ils n'avaient pas été faits dans les conditions requises. Je ne comprends pas comment un animal peut être positif... puis négatif quelques jours après. Je me demande si tout cela n'est pas fait pour décourager l'élevage en Ile-de-France, pour tuer l'agriculture, libérer les terres et assouvir le besoin d'urbanisation croissant. »

D'ici à deux ans, l'éleveur essonnien craint pour son exploitation car il lui manquera des génisses de renouvellement et, avec quarante bêtes en moins à élever, il subira inévitablement une perte financière. 

« L'éleveur est en droit de demander à vacciner son troupeau malgré tout », tempère alors la DDPP : « Mais avec ces résultats négatifs, il n'est pas prioritaire car le vaccin est assez peu disponible. Nous sommes en train d'étudier le dossier. »

Accompagné par la FDSEA Ile-de-France, Alain Hautefeuille devrait toutefois pouvoir prochainement recevoir cinquante doses du vaccins contre la FCO. 

« C'est une bonne nouvelle même si c'est encore insuffisant », explique l'éleveur : « Il va falloir que je choisisse entre la vaccination des mères ou celle des plus jeunes. Tous mes animaux ne pourront pas y avoir le droit. »

Dans les semaines à venir, Alain Hautefeuille attend encore une quinzaine de vêlages. « Ceux-ci devraient bien se passer », espère-t-il : « Les mères ont l'air de mieux se porter depuis le début du printemps. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages