Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

La filière légumes se penche sur la consommation et sur l’évolution du climat

par Chloé Cartier-Santino, mis à jour à 11:35
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La filière légumes se penche sur la consommation et sur l’évolution du climat

La première Journée régionale de la filière légumes s’est déroulée vendredi 4 novembre à Fontaines-en-Sologne (Loir-et-Cher)

Une quarantaine de personnes représentant les acteurs de la filière légumes a participé à la première Journée régionale, organisée à Fontaines-en-Sologne, par la chambre régionale d’Agriculture. La matinée était consacrée à deux thématiques : les tendances de la consommation de légumes et les impacts des changements climatiques pour la filière.

C’est Frédéric Levrault, expert climat à la chambre régionale d’Agriculture Nouvelle Aquitaine et au niveau national qui est intervenu sur la question de l’adaptation de l’agriculture au changement climatique.

Depuis la fin du XIXe siècle, tous les indicateurs (teneur en CO2 de l’atmosphère, température de l’air, calotte glaciaire du Groenland, chaleur des océans) montrent une évolution du climat avec un réchauffement de la terre. De même pour les indicateurs agricoles : les dates des vendanges, des semis de printemps ou encore de floraison des arbres avancent et le rendement de blé tendre plafonne.

Par ailleurs, le cumul annuel de pluie en France est en baisse dans le Sud et en augmentation dans le Nord. « En revanche, depuis cinquante ans, il y a peu de changement en région Centre Val-de-Loire », souligne Frédéric Levrault.

Mais dans tous les cas, quel que soit le scénario, une augmentation de la température est prévue jusqu’en 2100. Selon les indicateurs, par exemple, à Fontaines-en-Sologne, la température devrait augmenter de 1 à 2°C d’ici 2050.

« L’agriculture va devoir s’adapter et il est nécessaire de travailler pour aménager l’outil de production et les pratiques afin de s’adapter au climat de demain », indique Frédéric Levrault.

« Nous entreprenons un effort pour donner de la lisibilité au changement climatique et l’agriculture en s’appuyant sur une chaîne de compétences que l’on construit », souligne Frédéric Levrault. 

En région Centre Val-de-Loire, les conseillers montent en compétences pour apporter des réponses à la filière légumes mais aussi se poser les bonnes questions.

À l’instar de Christophe Beaujouan, missionné sur le changement climatique pour la chambre régionale d’Agriculture du Centre Val-de-Loire. Des tendances ont été établies jusqu’en 2050 pour la région Centre Val-de-Loire, à Soings-en-Sologne (Loir-et-Cher), à Saint-Genouph (Indre-et-Loire) et à Saint-Cyr-du-Val (Loiret). Ainsi, la température devrait grimper de 1°C en moyenne.

Des probabilités ont donc été réalisées concernant le gel. « Dans notre région, il faudra prendre en compte, par exemple, l’évolution de la date de la première gelée automnale et faire des calculs pour appliquer une stratégie de choix variétal et de semis anticipés », explique Christophe Beaujouan.

Il a également mis en lumière les impacts sur les productions légumières et les questions qui vont être émergentes : la modification des plannings d’automne, l’évolution variétale, la surveillance des bio-agresseurs et nouveaux parasitismes, la gestion des risques de gel au printemps, la gestion du stress hydrique, l’organisation du travail avec éventuellement une récolte nocturne ou encore les besoins d'énergie en froid avec la climatisation des bâtiments de stockage.

Autant de facteurs qu’il faut commencer à prendre en compte dès aujourd’hui.

« C’est un sujet à ne pas prendre à la légère et qui va nous occuper pendant un certain nombre d’années, c’est aussi une opportunité pour les chambres d’Agriculture. Cela pose certaines questions inquiétantes mais le changement climatique peut aussi avoir un aspect positif pour l’agriculture, avec par exemple, des cultures possibles dans certaines régions qui ne l’étaient pas avant », conclut Frédéric Levrault.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages