La FNSEA et JA invitent les parlementaires à un cours d’agronomie

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:16
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La FNSEA et JA invitent les parlementaires à un cours d’agronomie

Le 25 septembre dernier, la FNSEA et JA Centre-Val de Loire ont reçu les parlementaires de la région à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher) afin de leur expliquer les impasses techniques rencontrées par les agriculteurs.

Vendredi 25 septembre, la FNSEA et JA Centre-Val de Loire, en partenariat avec Arvalis, ont invité les parlementaires de la région à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher) pour une matinée d’échanges consacrée aux impasses techniques auxquelles les agriculteurs sont confrontés.

Le dérèglement climatique, avec des conséquences directes sur les récoltes 2020 de céréales, illustre le problème de manière aiguë.

Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, a ouvert les travaux : «  Le monde bouge mais nous travaillons avec du vivant. Le changement ne peut pas s’opérer d’un claquement de doigt. Sans alternative aux interdictions, c’est compliqué  !  ».

Administrateur de JA Centre-Val de Loire, en charge de l’environnement, Julien Belnoue a tenu un discours similaire  : « Nous sommes à un tournant de notre histoire. Le changement climatique, la raréfaction des ressources et les attentes sociétales nous imposent de revoir nos pratiques. (…) En zones intermédiaires, les conditions pédoclimatiques ne permettent pas de dégager suffisamment de valeur ajoutée pour couvrir les charges faute de rendement ou de diversification possible. À cela s’ajoute l’accumulation de contraintes réglementaires qui sont parfois en totale contradiction avec la réalité du terrain, à l’image des Surfaces d’intérêt écologique (SIE). »

Il poursuit : « Nous ne supportons plus de vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête : l’interdiction sans solution  ! L’ensemble de la profession et nos partenaires s’engagent à trouver des solutions. Cependant, nous travaillons avec du vivant. Quand un industriel teste un process en quelques semaines, nous devons expérimenter sur plusieurs années ».

« Arvalis est un organisme neutre et indépendant qui fait de la recherche appliquée  », a déclaré Nathalie Bigonneau, directrice régionale de l’institut du végétal.

L’entité, qui possède plusieurs sites en Centre-Val de Loire et qui emploie vingt-cinq personnes sur sa station expérimentale d’Ouzouer-le-­Marché, doit répondre à plusieurs enjeux  : l’adaptation au changement climatique, la demande du marché, la protection intégrée des cultures, la protection des ressources et l’innovation technologique et numérique.

« Nous croyons à une agriculture innovante et respectueuse de l’environnement  », a souligné l’intervenante.

Pour protéger les cultures  ? «  Il faut combiner les leviers », a expliqué Agnès Tréguier, d’Arvalis. Citons : l’implantation des cultures, le choix des variétés, la régulation par d’autres insectes (exemple  : les coccinelles mangent les pucerons), les outils de caractérisation des risques (pièges, Bulletin de santé du végétal, etc.), la lutte physique (binage, etc.) ou par robot, les plantes de services et les produits phytosanitaires.

« En fonction des problématiques, on ne dispose pas systématiquement de solution dans chacun de ces groupes, a souligné l’ingénieur. On commence par la prévention, puis on diagnostique et on prodigue des soins. » Il s’agit-là du schéma de la protection intégrée des cultures.

Après des échanges en salle, les participants ont visité la plate-forme PhénoField, sur laquelle Arvalis mène un projet de phénotypage. L'objectif est d'identifier les variétés résistantes au stress hydrique.

Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages