Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

La meunerie française parie sur l'avenir

par Christophe Belhomme, mis à jour à 18:51
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La meunerie française parie sur l'avenir

La convention annuelle de l'Association nationale de la meunerie française (ANMF) s'est tenue jeudi 14 septembre en présence du président du Medef, Pierre Gattaz.

Une industrie française historique dont la production est essentielle aux Français : tel était le principal point développé lors de la convention annuelle de l'Association nationale de la meunerie française (ANMF) qui s'est tenue le 14 septembre au centre d'affaires Paris-Victoire en présence de Pierre Gattaz, président du Medef et de Jean-Philippe Girard, président de l’ANIA (Association nationale des industries agroalimentaires).

Les participants ont notamment examiné les perspectives d’avenir, mais aussi les freins à la compétitivité.

Parmi ceux-ci, la fiscalité et la distorsion de concurrence à l’international qui ont porté les meuniers à évoquer les différents leviers de croissance pour une meilleure compétitivité de la filière, en écho aux enjeux des États généraux de l’alimentation.

Pour Lionel Deloingce, président de l’Association nationale de la meunerie française : « Même si nous avons su maintenir emplois et stabilité en 2016, le secteur reste fragilisé. La taxe Farine est un sujet central pour nous, car injuste. Cette taxe grève lourdement la compétitivité de la profession, sa croissance même, en créant une inégalité de traitement fiscal dans le secteur agroalimentaire ».

Également au centre des débats : les attentes du consommateur. Les meuniers veulent mieux les analyser, s’y adapter et fournir tous les éléments de réassurance nécessaires par une information précise sur la qualité sanitaire et nutritionnelle de leurs produits, ainsi que sur leurs engagements en matière de santé publique.

La meunerie souhaite ainsi s’engager vers le « zéro insecticide de stockage » et travailler plus avec l’amont agricole « sur l’évolution des conduites culturales garantissant sérieux, expertise et respect ».

« Ces démarches doivent être évaluées par les pouvoirs publics pour garantir un principe d’équivalence, sous peine, à nouveau, de distorsion de concurrence entre pays européens notamment. Dans le cas contraire, le souci d’exemplarité de l’industrie meunière s’avèrerait trop coûteux en termes de compétitivité », ont rappelé les professionnels de l'ANMF.

Préparer l’avenir, c’est encore s’intéresser aux jeunes et les inciter à choisir le métier de meunier en leur proposant des emplois attractifs et en assurant l’accès à la formation tout au long de leur carrière.

Pour transmettre ses connaissances, la meunerie a lancé une réflexion pour la conception d’une « bibliothèque des savoirs » en meunerie et plus largement pour les industries céréalières. Ce projet devra, selon l'ANMF, « s’inscrire dans les formations diplômantes existantes, qu’elles soient initiales ou continues ».

La meunerie française compte près de 416 unités de production, qui traitent environ 5,3 millions de tonnes de blé par an. En 2016, la meunerie française a produit 4,12 millions de tonnes, dont près de 390 000 destinées à l'exportation. Le chiffre d'affaires de la meunerie est d'environ 1,77 milliard d'euros.

L'Association nationale de la meunerie française compte 272 unités de production, représentant 94 % de la production nationale.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages