La préfète sur le terrain de la moisson

par Laurence Dupuis, mis à jour à 12:02
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La préfète sur le terrain de la moisson

Alors que la moisson battait son plein, la préfète de Seine-et-Marne, Béatrice Abollivier, s’est rendu à Saint-Germain-Laxis le 11 juillet, pour échanger avec la profession agricole.

La préfète de Seine-et-Marne, Béatrice Abollivier, s’est rendue sur l’exploitation de Jean-Pierre Jacquelot à Saint-Germain-Laxis, la SCEA de Pouilly Gallerand.

D’une surface de 215 hectares, cette structure présente un parcellaire unifié qui doit s’adapter à une réglementation environnementale forte qui évolue rapidement, un cours d’eau traversant l’exploitation.

Depuis trente ans, l’exploitant travaille en commun avec un voisin, Antoine Boullenger, qui exploite 74 hectares. Cette organisation leur permet d’avoir du matériel de pointe en commun. Et pour la moisson, un troisième exploitant, Vianney Delporte, les rejoint. 

Cette visite de terrain s’est déroulée le mercredi 11 juillet, alors que la moisson battait son plein.

« La qualité s’annonce hétérogène et les rendements dans une moyenne basse. En effet, les excès de pluviométrie ont impacté les cultures. Cette récolte sera donc insuffisante pour les exploitations en difficulté et qui ont peu de réserves. De plus les investissements ont été allégés depuis 2014-2015, mais il va falloir les relancer ».

Tel est le tableau dressé par le président de la FDSEA 77, Cyrille Milard, aux côtés de son homologue des JA 77, Arthur Courtier.

Cette rencontre a également été l’occasion d’aborder la problématique des stocks de reports dans les silos, qui contraignent les coopératives à stocker la récolte 2018 en extérieur.

Intempéries, travaux, chômage du canal nord Europe ont réduit les expéditions fluviales à néant ces derniers mois. Dans certains secteurs, la pression du Grand Paris sur les transporteurs routiers et les grèves SNCF ont contribué à aggraver la situation. Les expéditions ont été reportées sur le transport routier, où une tension forme des surcoûts évalués à 7 euros/tonne. 

Quant à l’absence de péniche, elle engendre des surcoûts importants : de 8 euros/tonne pour 1000 tonnes de Montereau à Rouen, on est passé à 13 euros/tonne. Les difficultés à trouver de la main-d’œuvre qualifiée et motivée ont longuement été abordées, ainsi que celles rencontrées par les maitres d’apprentissage.

« De plus, les salariés doivent être rémunérés correctement et le producteur gagner sa vie », ajoute le président de la FDSPL 77, Jean-Claude Pette, qui se voit imposer une nouvelle norme dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation :  « Tous les producteurs sous signes de qualité – cas des AOP seine-et-marnaises - vont devoir qualifier leur exploitation au niveau 3 de HVE (haute valeur environnementale). Si je dois y passer, sans compensation, j’arrête l’élevage », a lancé le producteur de lait.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages