La ruralité, cheval de bataille de Lamotte-Beuvron pour 2024

par Laure Sauvage, mis à jour à 11:13
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La ruralité, cheval de bataille de Lamotte-Beuvron pour 2024

La commune de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) espère accueillir les épreuves d’équitation lors des Jeux olympiques de 2024.

Mardi dernier, Serge Lecomte, président de la Fédération française d’Équitation (FFE), a accueilli Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, Nicolas Perruchot, président du Département, et Pascal Bioulac, vice-président du Département en charge de l’agriculture et maire de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher), au Parc équestre fédéral de ladite commune.

Situation économique des établissements équestres, liens avec l’agriculture, dynamiques de territoires et perspectives olympiques 2024 ont alimenté les échanges. 

Nicolas Perruchot a ouvert la discussion : « Organiser les épreuves d’équitation à Lamotte-Beuvron lors des Jeux olympiques (JO) de 2024 nous tient à cœur. Cela valoriserait trente-cinq années d’investissements des collectivités locales. La FFE a parfaitement géré le site. Celui-ci accueille des milliers de visiteurs chaque année. Tout est en place pour réussir une compétition planétaire. Par ailleurs, la ruralité doit être présente aux JO. Prévoir des épreuves équestres à Versailles (Yvelines) serait une hérésie économique et écologique. » 

Serge Lecomte a emboîté le pas au président du Département : « L’équitation représente une passerelle entre l’agriculture et le sport. L’exigence et le dépassement de soi sont des valeurs partagées par toutes les filières agricoles... L’équitation contribue à la dynamique des territoires et doit être soutenue dans le cadre des politiques européennes. L’agriculture fait partie de notre culture. Organiser les épreuves d’équitation à Versailles en 2024 entrerait en contradiction avec la sobriété économique. Le monde rural apporte une solution de bon sens. Les territoires ruraux doivent profiter des JO. »

Pascal Bioulac fut le troisième intervenant : « Le Parc équestre est l’un des deux plus importants centres équestres mondiaux en termes de retombées économiques. La Sologne a la faculté de s’adapter à des rendez-vous hors norme, à l’image du Generali open de France. Les parcs équestres sont des exploitations agricoles et accueillir les JO braquerait les caméras sur les territoires ruraux. »

S’il n’a pas nié que le site avait « besoin de monter en gamme », l’élu a pourfendu « les bien-pensants de l’équitation internationale qui préfèrent les châteaux et le caviar ».

Christiane Lambert s’est exprimée en ces termes : « La FNSEA est attachée à la filière équine. Lors du confinement, la famille du cheval a vécu des moments difficiles. Nous avons accompagné les centres équestres. Le public revient. L’équitation est une activité économique pour nos territoires ».

Se revendiquant « militante de la ruralité », la présidente de la FNSEA a appelé à « une ruralité décomplexée » et a émis le souhait que la Politique agricole commune 2021-2027 reconnaisse les éleveurs équins : « La filière a été précurseur du bien-être animal ».

La dirigeante syndicale a également évoqué la TVA applicable au secteur : « Nous sommes en négociation avec Bercy et l’Union européenne. L’objectif est d’aboutir à une harmonisation. »
Sans ambiguïté elle a conclut ses propos : « Notre pays y gagnerait à ne pas tout centrer sur Paris et à donner un peu de lumière aux territoires ruraux ».

Organiser les épreuves d’équitation à Lamotte-Beuvron lors des JO de 2024 coûterait 12 millions d’euros, contre 27 millions d’euros à Versailles pour des installations qui disparaîtraient à l’issue des épreuves. Le comité d’organisation des JO de 2024 devrait rendre sa décision à la fin de l’année.

Olivier Joly

Photo : Le 6 octobre au Parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher). De g. à d. : Pascal Bioulac, Nicolas Perruchot, Christiane Lambert et Serge Lecomte.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages