Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

La Safer s'attaque au mitage des terres agricoles

par Marine Guillaume, mis à jour à 19:13
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La Safer s'attaque au mitage des terres agricoles

La Safer Ile-de-France a organisé les Assises régionales du mitage, le 19 septembre à Paris.

Dépôts sauvages, occupation illicite, changement de destination d'un bâtiment pour en faire une habitation... Le mitage des terres agricoles est très fréquent, particulièrement en Ile-de-France, région où la pression foncière est forte.

Le 19 septembre, la Safer Ile-de-France a donc décidé de réunir tous les acteurs concernés par cette problématique pour les Assises régionales du mitage.

À Paris, dans les locaux de l'Assemblée permanente des chambres d'Agriculture, le président de la Safer, Pierre Marcille, a ainsi accueilli des élus régionaux, des maires, des représentants de l'administration ainsi que des agriculteurs. 

« Le territoire rural est notre patrimoine commun, nous nous devons de le préserver », a t-il affirmé : « L'objectif est ici de partager nos points de vue, nos idées, pour en dégager des pistes de travail concrètes. État, région, Safer, Agence des espaces verts... nous devons agir ensemble pour être plus efficaces. »

Invitée à introduire les débats, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a qualifié le mitage de « fléau de l'Ile-de-France qui détruit les terres et donc, le capital productif ». « La région s'engage dans la bataille à travers le pacte rural qui comprend un bouclier anti-mitage », a d'ailleurs ajouté Valérie Pécresse.

L'une des principales mesures a été lancée cet été sous la forme d'un fonds de propreté. « Nous faisons face à un véritable raz-de-marée de demandes de la part des collectivités pour un peu plus de quatre millions d'euros alors que nous avions mis un million sur la table. Nous savons d'ores et déjà qu'il faudra rallonger l'enveloppe. »

La présidente a également annoncé le lancement d'une application smartphone qui permettra d'alerter en temps réel d'un dépôt sauvage.

Durant l'après-midi, deux tables rondes se sont successivement tenues.

La première, sur les dépôts sauvages justement, a réuni notamment l'agriculteur et conseiller régional Michel Caffin et la vice-présidente de la région chargée de l'Écologie et du Féveloppement durable, Chantal Jouanno. Plusieurs points ont été soulevés, notamment la nécessité d'augmenter le nombre de déchetteries et de les rendre plus accessibles aux professionnels et particulièrement aux artisans, les sanctions peu élevées en cas d'infraction par rapport à d'autres pays européens ainsi que la nécessité d'agir vite en cas de dépôts afin d'éviter l'escalade.

Une seconde table ronde a ensuite abordé la question des installations illégales et surtout celles impliquant la communauté des gens du voyage. Deux maires ont par exemple témoigné de leurs difficultés face à « des donations fictives de parcelles, des cabanons de loisirs qui grossissent jusqu'à devenir des habitations... » Malgré le précieux travail de surveillance fait par la Safer dans les communes sous convention, les élus locaux ont fait savoir leur besoin d'être davantage épaulés.

À l'issue de ces travaux, le président de la Safer, Pierre Marcille, s'est félicité de la « volonté d'agir collectivement : nous ne pouvons pas rester inactifs. Il doit y avoir une nouvelle dynamique entre tous les acteurs pour que, d'ici à dix ans, ces Assises n'aient plus lieu d'être. »

C'est le préfet de la région Ile-de-France, Jean-François Carenco, qui est venu clore ces Assises. « Le mitage est un sujet difficile et irritant qui concerne de nombreux acteurs », a-t-il d'abord déclaré : « Il faut s'y attaquer car c'est la santé du monde agricole qui est en jeu. Si l'agriculture ne va pas, les terres deviennent un terrain de jeu propice pour les “miteurs” . »

Le préfet a dit vouloir accélérer sur les sujets liés aux déchets, sur les aires de grand passage et a évoqué les zones agricoles protégées comme rempart au mitage.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages