La sécheresse s'invite à la Chambre

par Hervé Colin, mis à jour à 12:03
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La sécheresse s'invite à la Chambre

Les membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir ont été réunis en session le 24 septembre, autour d'un ordre du jour dominé par les conséquences de la sécheresse ou les dispositions législatives qui engendrent des distorsions de concurrence.

« Je ne peux faire autrement que de souligner la sécheresse exceptionnelle qui nous touche depuis plus de trois mois », souligne le président de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, Éric Thirouin, en ouverture de son tour de l'actualité agricole lors de la session de ses membres, réunis le 24 septembre à Chartres.

Il précise : « L'Eure-et-Loir est un des départements les plus touchés. La situation est préoccupante pour les éleveurs d'abord. Nous avons calculé que pour une ferme laitière moyenne, le déficit fourrager approche les cent cinquante tonnes de matière sèche, soit un manque de produits fourragers estimé déjà à dix mille euros ».

Aussi, pour lui : « Tous les leviers doivent être activés en urgence : classement en calamité, dégrèvement de TFNB, prise en charge de cotisations sociales et installation d'une cellule de crise ». Ces conditions météorologiques ont également un impact sur l'implantation des SIE : « Aussi nous demandons des dérogations sans condition pour cas de force majeure. Ces dérogations doivent être accordées systématiquement à tous les exploitants du département sans autre procédure administrative ». 

Se tournant vers la préfète, Sophie Brocas, qui assiste aux travaux : « Dans tous les cas, la déclaration de notre département en cas de force majeure pour sécheresse est incontournable et ne dépend pas de Bruxelles ».

Autre sujet de préoccupation pour le président de la Chambre, l'explosion des dégâts de sangliers : « Force est de constater que leur population n'est pas suffisamment régulée. L'État doit garder un rôle en la matière : maintien du sanglier en espèce nuisible, plan de prélèvement approuvé par le préfet, tirs de destruction et battues administratives ».

Une gestion d'autant plus indispensable depuis l'arrivée de cas de peste porcine sur le territoire belge. « Nous devons empêcher toute contamination de nos élevages », pointe-t-il.

Ensuite, Éric Thirouin relève un nouvel élément de distorsion de concurrence avec nos voisins européens. De fait, actuellement, les entreprises agricoles bénéficient d'un allégement de charges pour l'emploi de travailleurs occasionnels demandeurs d'emplois (Tode), qui s'ajoute au CICE.

Or cette mesure risque d'être supprimée dans la prochaine loi de finances, compensée par des mesures de baisse de charges pour les travailleurs permanents : « Rien n'a été prévu pour les travailleurs saisonniers, soit une hausse de charges de l'ordre de 189 euros par mois par travailleur. L'Eure-et-Loir est particulièrement concerné puisqu'on y dénombre plus de trois mille saisonniers. Nous ne pouvons tolérer une telle distorsion de concurrence ».

Le président de la Chambre relève également le fait qu'aucune dérogation ne soit accordée pour l'utilisation de néonicotinoïdes, alors qu'elles étaient prévues par la loi jusqu'en 2020 en cas d'impasse technique ou économique. « Or, sur les cultures de betteraves, d'orge ou de maïs, les impasses sont là. Le Gouvernement ne respecte pas la loi ».

Enfin, au sujet de celle issue des États généraux de l'alimentation, Éric Thirouin estime que le compte n'y est pas : « La rédaction du texte est faible et en dessous des enjeux », souligne-t-il, mais se félicite que l'interdiction du glyphosate sous trois ans ne soit pas gravée dans le marbre.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages