La secrétaire d’État vient parler Pac sur le terrain

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:59
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La secrétaire d’État vient parler Pac sur le terrain

La secrétaire d’État chargée des affaires européennes, Amélie de Montchalin, s'est rendue en Seine-et-Marne pour échanger avec les agriculteurs d'Île-de-France sur la future Pac.

Le 27 janvier, la secrétaire d’État chargée des affaires européennes, Amélie de Montchalin, est venue rencontrer des agriculteurs et représentants du territoire à Bougligny (Seine-et-Marne), dans le cadre des ultimes négociations autour de la future Pac — le 20 février aura lieu un sommet extraordinaire des chefs d’État pour en fixer le budget 2021-2027.

« L’enjeu de ma venue aujourd’hui, c’est de m’assurer que ce qu’on porte au niveau européen correspond aux attentes du terrain », a expliqué la secrétaire d’État.

Benoît ­Timbert, qui accueillait la visite, a présenté son exploitation de grandes cultures et betteraves. L’occasion, pour les agriculteurs présents, de faire passer quelques messages : l’importance d’une logistique de fret performante, les disparités en matière d’aide aux filières d’un État européen à l’autre et d’une Région française à l’autre, le ras-le-bol face à la surtransposition administrative, les imprécisions des textes du 27 décembre relatifs aux zones de non-traitement…

Lors de la table ronde qui a suivi, Amélie de Montchalin a indiqué que la France s’est alliée à une vingtaine de pays pour demander le maintien du budget de la Pac post-2020 au même niveau que le budget 2014-2020, contrairement à ce que préconisait la Commission européenne. Reste à savoir quelle part allouer au premier et au second pilier.

Si la secrétaire d’État prône un « transfert vers le premier pilier, pour aider à la production et au revenu », le président de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France, Christophe Hillairet, soutient qu'un équilibre est primordial entre « l’agriculture économique » de régions comme l’Île-de-France et « l’agriculture d’occupation du territoire ».

Les agriculteurs ont exprimé leur envie d’une politique durable, déconnectée du temps électoral, cohérente et basée sur des normes communes.

Ils souhaitent se tourner vers l’innovation et les pratiques plus vertueuses, à condition d’en avoir les moyens : « Les mesures agro-­environnementales sont trop risquées économiquement et agronomiquement ; elles sont complexes et élitistes ! », a déploré le président de la FDSEA 77, Cyrille Milard.

Christophe Hillairet a noté  : « Sans temps, sans moyens financiers et techniques, sans chercheurs, nous ne pouvons pas faire moins 10 %, moins 20 % de traitement ».

« On a besoin de mesurer le rapport ­­bénéfice­/risque par rapport à la situation de départ », a ajouté Frédéric Arnoult, qui préside JA Île-de-France. À la demande d’une plus grande souplesse dans la transition vers des pratiques plus écologiques, Amélie de Montchalin répond « Ecoscheme » : ce dispositif proposé pour la Pac post-2020 pourrait permettre à chaque agriculteur de « mettre en place sa propre feuille de route ». 

Dans les débats, les problématiques de filières et d'innovation ont également été évoquées. 

À l’écoute, Amélie de Montchalin a compris « l’importance d’avoir un discours économique et pas seulement agronomique », « l’implication des agriculteurs dans la transition écologique » et leur besoin d’un « filet de sécurité pour investir ».

Les participants à cette matinée lui ont néanmoins signifié leur déception face aux discours politiques et leur besoin de soutien de la part de l’État en matière de communication  : « Vous avez l’air de nous comprendre… Soutenez-nous ! », a lancé Cyrille Milard.

Laure Sauvage

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages