La sénatrice Sophie Primas échange avec les acteurs de la filière betteravière

par Laure Sauvage, mis à jour à 17:19
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La sénatrice Sophie Primas échange avec les acteurs de la filière betteravière

La sénatrice Sophie Primas, qui sera la rapporteur de la loi permettant la dérogation à l’utilisation des néonicotinoïdes pour le traitement des semences, a échangé le 9 octobre à Nangis avec des représentants de l’ensemble des acteurs de la filière.

Au préalable des débats au Sénat sur le projet de loi pour permettre une dérogation à l’utilisation des néonicotinoïdes en traitement de semences (voté le 6 octobre), la sénatrice des Yvelines, Sophie Primas, qui sera le rapporteur de la loi au Sénat, a souhaité rencontrer les acteurs de la filière betterave.

Elle s’est ainsi rendue à Nangis vendredi 9 octobre, accompagnée de ses collègues sénateurs du département, Anne Chain-Larché, Pierre Cuypers et Colette Mélot, et d’un député, Jean-Louis Thiériot.

Accueillie par le président de l’AIBS (Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre) et vice-président de la CGB Île-de-France, Jean-Philippe Garnot, et du président de la FDSEA 77, Cyrille Milard, elle a échangé avec des planteurs au sein d’une parcelle durement touchée par la jaunisse, visité la sucrerie Lesaffre et rencontré les acteurs économiques en lien avec la filière betterave-sucre.

Sur le terrain, où la pluie s’est invitée, elle a pu appréhender l’impact de la jaunisse sur les betteraves alors que l’ensemble des parcelles d’île-de-France, en agriculture biologique comme conventionnelle, sont atteintes.

Les pertes de rendement sont estimées entre 50 et 70  %. L’application des deux produits encore homologués sur betterave n’a eu aucun effet sur les parcelles infectées. Par contre, ces traitements ont eu un coût économique (environ 100 ­euros/­hectare) et environnemental en faisant augmenter l’IFT (Indice de fréquence de traitement) des exploitations agricoles.

À la sucrerie Lesaffre, seule sucrerie à travailler des betteraves 100  % produites en Île-de-France, l’accent a été mis sur l’efficacité économique et environnementale de l’entreprise, Nangis ayant été la première sucrerie ISO 2001 avec IPE (Indicateurs de performance énergétique).

Les betteraves sont collectées dans un rayon moyen de 19 km. Par kilogramme de sucre, cela revient à 123,5 km/kg et 3,5 tonnes d’émission de CO2, des chiffres sous la moyenne française et de 40  % inférieurs à l'Allemagne.

En 2020, avec une perte de 50 à 60  % des volumes et avec une surconsommation d’énergie de 39  % à cause de la jaunisse, l’outil industriel ne tournera que cinquante jours et enregistrera une perte de 15 millions d’euros. «  Sans dérogation, 50 à 70  % des surfaces seront abandonnées. Et nous aurons des difficultés à nous approvisionner. En dessous d’un certain niveau, la réflexion pourrait conduire à la fermeture  », alerte Cyril Lesaffre.

Des propos appuyés par Cyrille Milard  : «  L’indemnisation des planteurs ne suffit pas, il faut maintenir toute la surface pour maintenir la filière  ».

Les planteurs et sucreries ne sont pas les seuls à être dans la tourmente. Ainsi, différents acteurs ont pu s’exprimer  : les transporteurs dont cette campagne peut mettre en péril l’activité, notamment les indépendants qui ont vu leur activité réduite de 30  % à la suite de la faible récolte en céréales, la filière laitière dont la pulpe représente un tiers de l’alimentation auquel s’ajoute le cahier des charges des bries qui oblige à se fournir en pulpe à 85  % issues de la zone d’appellation, le machinisme et les concessionnaires…

Deux apiculteurs se sont exprimés contre les néonicotinoïdes sur des plantes mellifères ou du maïs mais nullement sur betteraves. Mieux vaut des semences enrobées que des traitements aériens comme en 2020.

Ces échanges sans tabou ont permis à la sénatrice d'échanger sur de nombreux points, en vu de l’examen au Sénat du projet de loi, qui passera en commission le 21 octobre et en séance le 27 octobre.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages