Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Lactalis : les négociations ont échoué, des actions en régions s'annoncent

par Chloé Cartier-Santino, mis à jour à 14:25
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Lactalis : les négociations ont échoué, des actions en régions s'annoncent

La seconde session de négociations entre les représentants de Lactalis et des producteurs de lait, vendredi 26 août à Laval (Mayenne), a échoué.

Les agriculteurs protestaient depuis le début de la semaine contre la baisse du prix du lait qui est passé, en deux ans, en moyenne, de 380 euros les mille litres à 230 euros. Un prix d'achat du lait inférieur à celui pratiqué par les autres collecteurs. Ils réclamaient aussi « une visibilité jusqu'à la fin de l'année et un engagement écrit sur une nouvelle méthode de fixation du prix du lait ».

« On se sent tous concernés, même ceux qui ne produisent pas pour Lactalis car des gens souffrent en silence et il faut maintenir notre tissu rural », souligne Alexis Descamps, éleveur de vaches laitières à Savigny-sur-Braye (Loir-et-Cher) et administrateur de l'association des producteurs Bel de l'ouest (APBO).

Entamé dans la soirée du lundi 22 août, le blocage du siège lavallois de Lactalis avait pris de l'ampleur tout au long de la semaine. 

Plusieurs centaines d'agriculteurs, venus de plusieurs dizaines de départements, se sont relayés sur le rond-point situé à côté de l'usine et rebaptisé « rond-point de la honte du lait ».

Une première réunion de négociations a eu lieu jeudi 25 août à Paris entre les représentants de Lactalis et les représentants des organisations de producteurs laitiers, en présence de médiateurs. Au terme de plus de dix heures de pourparlers, elle s'est soldée par un échec.

La dernière proposition du médiateur des relations commerciales agricoles - 280 euros pour mille litres de lait pour les cinq derniers mois de 2016 - a été acceptée par Lactalis, mais jugée insuffisante par les producteurs.

Dans la matinée du 26 août, Lactalis a annoncé dans un communiqué une hausse de quinze euros les mille litres de lait à partir du 1er septembre, ce qui porterait le prix d'achat du lait aux producteurs à 271 euros les mille litres. 

Cette offre a été accueillie sans enthousiasme par les agriculteurs mobilisés, qui dénoncent un « coup de com' ».

Quant au ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll, il exhortait le 26 août à la reprise des négociations.

Une seconde manche de négociations a bien eu lieu vendredi 26 août 2016 entre 18h et 23h, en vain.

Les agriculteurs demandaient que le prix payé au producteur passe à 282 euros les mille litres de lait ; Lactalis a campé sur sa proposition de 271 euros les mille litres.

Dans la nuit du vendredi au samedi, la FDSEA de Mayenne a incité les manifestants à lever le blocage du siège du groupe.

Le syndicalisme majoritaire souhaite néanmoins maintenir la pression sur le géant laitier. Philippe Jehan, le président de la FDSEA de Mayenne, annonçait samedi 27 le risque d'un « soulèvement ».

Christiane Lambert, vice-président de la FNSEA, appelait ce samedi à boycotter les produits Lactalis.

Des actions s'annoncent aussi en régions, dirigées vers Lactalis mais aussi vers d'autres entreprises laitières. Par exemple, un groupe d'agriculteurs s'est mobilisé à Vendôme (Loir-et-Cher) le 26 août en soirée, sur le site du groupe Bel. 

Dimanche 28 août, les syndicalistes annonçaient une action d'envergure nationale, dont les modalités devraient être définies lundi 29 août midi. Un mot d'ordre sera alors lancé, avec pour objectif « que les représentants de Lactalis reviennent à la table des négociations avec des propositions décentes. »
Mise à jour le 31 août : un accord sur les prix entre Lactalis et les producteurs a finalement été trouvé mardi 30 août, lors d'une troisième session de négociations.
L. S.
Photos : FDSEA 41, M. H.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages