L’assolement 2021 s’annonce comme un casse-tête

par Laure Sauvage, mis à jour à 21:31
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L’assolement 2021 s’annonce comme un casse-tête

La pullulation de pucerons, en particulier sur betterave, met en lumière les conséquences des interdictions de produits quand aucune solution alternative efficace n’existe. Témoignage de Pascal Verrièle, agriculteur à Dormelles.

«  Quand on enlève un outil, tout le système d’exploitation est remis en cause. On avait un système cohérent qui répondait au respect de l’environnement, alimentait les usines, offrait des produits de qualité à un coût abordable. Et on casse 30 ans d’effort  », explique d’emblée Pascal Verrièle, exploitant agricole à Dormelles et secrétaire adjoint de la FDSEA 77, alors que les cultures sont menacées par le développement de viroses suite à pullulation de pucerons, et que les solutions efficaces comme l’enrobage des semences sont interdites.

Si pour les céréales, notamment d’hiver, d’autres leviers, comme des semis plus tardifs, peuvent être efficaces certaines années, la solution est ingérable en cas de forte pression maladie.

«  De plus, cela nous oblige à passer avec le pulvérisateur avec des produits dont la rémanence est plus faible, encore faut-il avoir la possibilité de rentrer dans les parcelles. À l’automne dernier c’était impossible tant les sols étaient gorgés d’eau. Certains collègues ont dû retourner leurs parcelles d’orge et la remplacer par du tournesol  », poursuit l’exploitant.

Quant à la betterave, aucune solution alternative n’existe. «  La suppression des néonicotinoïdes coïncide avec le développement d’une population de pucerons jamais connue suite aux conditions météorologiques de ces derniers mois et nous sommes dans une impasse totale  », note l’agriculteur, inquiet pour l’avenir de la filière, alors que l’interdiction des semences enrobées a été conjuguée à l’arrêt des quotas et l’absence de protection par assurances, les rendements moyens étant trop bas ces dernières années.

Si deux produits sont autorisés sous dérogation, le souci du positionnement se pose.

«  Avant, l’enrobage assurait deux mois de protection sans conditions d’application. Ces deux passages engendrent des coûts alors que les cours du sucre sont bas. Bref, c’est la triple peine  : pas de prix rémunérateurs, des rendements inquiétants vu les conditions de semis et un surcoût. De plus, les riverains nous voient en permanence dans les champs. Difficile d’expliquer que pour protéger l’environnement on passe plus de fois. Dans le même temps, le Brésil vient de réhomologuer 130 produits et certains pays européens octroient des dérogations  ».

Et un nouveau problème vient de survenir  : l’apparition du charançon. Quant aux altises, elles sont à surveiller.

«  Il y a trois ans, je ne faisais aucun insecticide foliaire  », souligne Pascal Verrièle qui doit faire face à des problèmes similaires dans toutes les cultures, que ce soit pour les insecticides ou les herbicides. Bien souvent, les produits autorisés sont plus chers et moins efficaces.

«  On n’a jamais eu autant de chardon et autres mauvaises herbes comme l’ambroisie, certaines adventices ne pouvant plus être maitrisées. Je faisais du sans labour depuis quinze ans et un peu de semis direct. Je vais devoir à nouveau labourer au risque de dégrader la qualité des sols, sans compter l’investissement en matériel et en temps  ».

Dans ce contexte, l’assolement 2021 s’annonce comme un véritable casse-tête.

Laurent Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages