Le biocontrôle est-il soluble en grandes cultures ?

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:00
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le biocontrôle est-il soluble en grandes cultures ?

La Scael a consacré son 4e Clubagro au thème du biocontrôle, en invitant trois spécialistes à expliquer et des agriculteurs à témoigner.

Pour son quatrième Clubagro qui s'est déroulé le 6 mars sous le dôme de la CCI à Chartres, le groupe coopératif Scael a choisi le thème du biocontrôle. Fidèle à sa formule, il a invité trois spécialistes à en expliquer les tenants et aboutissants, puis une table ronde les a réunis avec deux agriculteurs qui ont témoigné de leur expérience.

Si le biocontrôle se définit comme une méthode de protection basée sur des mécanismes naturels, la question était de savoir s'il pourrait un jour remplacer les produits phytosanitaires actuels et plus particulièrement en grandes cultures.

En effet, comme l'a expliqué Thibaut Malausa, chargé de recherches à l'Inra (Institut national de la recherche agronomique)  : «  Dans les serres, le biocontrôle a quasiment remplacé les phytos. En fruits et légumes il y a des solutions. En grandes cultures on a plus de mal à avancer, surtout pour des questions économiques  ».

Un peu plus tard, Jean-Luc Gauthier, qui exploite les Jardins d'Imbermais, a indiqué qu'en effet il utilisait des bourdons pour polliniser et soigner ses tomates, des trichogrammes pour lutter contre le ver blanc ou des acariens contre les thrips… «  C'est efficace en serre mais plus aléatoire à l'extérieur. Et ça me coûte 10 000 euros à l'hectare…  »


Une somme évidemment complètement rédhibitoire en grandes cultures. Le coût est d'ailleurs l'un des freins identifiés à l'utilisation de ces solutions.

Il y a cependant des exceptions, à l'image du phosphate ferrique utilisé comme anti-limace (Sluxx HP).

La difficulté de démontrer l'efficacité du biocontrôle est un autre frein, a souligné Ronan Goff, le vice-président d'IBMA* France  : «  C'est difficile de faire la preuve par micro-parcelles et l'appropriation prend du temps par rapport au conventionnel. Aujourd'hui, le biocontrôle représente 5  % du marché, ce sera 15  % dans quelques années car la pression sociétale va continuer  ».

Cependant, le fait est qu'il y a peu de solutions en grandes cultures. Claude Maumené, d'Arvalis, a précisé que sur les 85 substances actives recensées, cinq étaient utilisables en céréales, six en maïs.

Il a pris l'exemple de la lutte contre la septoriose pour expliquer  : «  ce que nous avons trouvé de mieux c'est soufre et phosphonate, en substituant une demi dose conventionnelle avec du soufre, c'est efficace à 60  %, ce qui est correct… En combinant biocontrôle et génétique, on ira plus loin  ».

Les agriculteurs présents on relevé les problèmes engendrés par l'augmentation des volumes à épandre et du nombre de passages nécessaires. La route semble encore longue…

Hervé Colin


*IBMA France est l'association française des entreprises de produits de biocontrôle

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages