Le clocher de L’Angélus de Millet

par Laurence Dupuis, mis à jour à 14:31
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le clocher de L’Angélus de Millet

Le tableau « L’Angélus » de Millet a immortalisé l’église de Chailly-en-Bière (Seine-et-Marne).

Une plaine, un couple de paysans qui a posé ses outils pour prier et au loin une église : cette description est celle d’une œuvre mondialement connue de Jean-François Millet, L’Angélus, peint entre 1857 et 1859.

La scène se déroule dans la plaine de Bière avec au loin le clocher l’église Saint-Paul de Chailly-en-Bière.

A l’époque, point de montre au poignet. C’est le son des cloches qui rythme la vie des paysans et notamment l’heure de la prière du soir.

Le clocher actuel de l’église Saint-Paul, appelé à l’époque « la tour », a été construit en 1765 grâce à une bourse accordée par le roi Louis XV.

Deux cloches ont été installées et bénites en 1785. Ces deux cloches ont ensuite été remplacées par un gros bourdon. Aujourd’hui, elles sont trois à résonner dans la plaine de Bière : Lucie-Gabrielle qui sonne le sol dièse, Lucienne-Marcelle pour le dièse et Solange pour le do dièse.

Jean-François Millet a peint L’angélus alors qu'il fréquentait, comme de nombreux peintres de l’école de Barbizon, l’auberge “Au cheval blanc” située le long de l’ancienne nationale 7, rendue célèbre le siècle suivant pour ses départs en vacances.

D’ailleurs certains artistes ont peint sur les boiseries et les murs en paiement des dettes qu’ils ne pouvaient pas régler.

Ces peintres ont choisi de s’implanter à Barbizon, qui était alors un hameau de Chailly-en-Bière, car aux portes de la forêt de Fontainebleau.

L’Angélus de Millet est aujourd’hui exposé au musée d’Orsay à Paris.

Des touristes, notamment japonais, s’arrêtent encore au pied de l’église Saint-Paul et se rendent au cimetière communal de Chailly-en-Bière où sont enterrés Jean-François Millet et son contemporain, Théodore Rousseau.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages