Le Conseil du cheval d’Ile-de-France s'est réuni à Paris

par Laurence Dupuis, mis à jour à 11:13
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le Conseil du cheval d’Ile-de-France s'est réuni à Paris

L’assemblée générale du Conseil du cheval d’Ile-de-France, le 27 janvier à Paris, a traité différents sujets d’actualité du monde équin sachant que la région capitale est la plus importante en nombre de cavaliers.

C’est au siège du Comité régional d’équitation d’Ile-de-France (Creif), également siège du Conseil du cheval, à Paris  que s’est tenue le 27 janvier l’assemblée générale du Conseil du cheval d’Ile-de-France, sous la présidence de François Lucas. Chaque famille adhérente était représentée dont l’élevage avec Patrick Clérin, successeur de Catherine Palmer à la présidence de l’Association des éleveurs de chevaux de selle de l’Ile-de-France (Adecsif), et Jean-Michel Besancenot, secrétaire de l’Association cheval de trait (Actif).

Dans un premier temps, la représentante de l’Institut régional de développement du sport (IRDS), a insisté pour qu’un point d’étape soit fait concernant l’étude économique de la filière équine en Ile-de-France. Ainsi au niveau de l’élevage, 911 éleveurs sont recensés (lieux de stationnement) avec 1 472 juments saillies en 2013 et 639 naissances (48 % des naissances dans le secteur des courses, 41 % pour les chevaux de selle et seulement 1 % dans les races de trait pour 21 % à l’échelon national). Les enquêtes se poursuivent à l’aide de questionnaires envoyés  par le Conseil du cheval et le cabinet d’expertise Parcours.

Dans un second temps, divers sujets ont été abordés dont les Jeux olympiques de 2024 — la France y postule — et l’avenir du site du Haras national des Bréviaires (Yvelines). Le président Lucas a déjà entamé des démarches, très bien accueillies, pour qu’une partie du parc du château de Versailles soit retenue pour les sports équestres, ce site représentant un symbole très fort pour les étrangers.

Concernant les Bréviaires, siège francilien de l’Institut du cheval et de l’équitation (IFCE), le site est propriété du conseil général des Yvelines depuis 1978, qui y loge les Haras nationaux. Aujourd’hui, le conseil général souhaite modifier ses engagements et a lancé un appel d’offre à destination de futurs utilisateurs. Notons qu’aujourd’hui, à coté de l’IFCE, se trouvent la gendarmerie à cheval, une sellerie, les sièges de différentes associations (dont l’Actif) et surtout la coopérative Coop’Elia avec ses activités d’insémination-reproduction équine. Le Creif et le Conseil du cheval sont candidats pour répondre à cet appel d’offre.

Dès lors, la motion suivante a été approuvée à l’unanimité : «  L’assemblée générale du Conseil du cheval d’Ile-de-France manifeste son accord pour contribuer à l’installation de la Maison du cheval d’Ile-de-France dans le cadre du parc équestre régional dont le projet d’installation est porté par le Creif. » Ce site pourrait aussi accueillir un centre de collecte des déchets, notamment les fumiers des centres hippiques  locaux dans le cadre d’une unité de méthanisation. L’ensemble du projet serait soutenu par le conseil régional.

Jean-Michel Besancenot

Photo d'archives

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages