Le contrôle à blanc fait salle comble à Miermaigne

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:08
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le contrôle à blanc fait salle comble à Miermaigne

Les services de la DDT ont invité les agriculteurs à un contrôle réglementaire à blanc sur la ferme expérimentale de la chambre d'Agriculture de Miermaigne, le 13 février.

Rarement la salle C de la chambre d'Agriculture de Miermaigne n'a été aussi remplie. De fait, le 13 février, plus de cent exploitants l'ont investie pour participer au premier contrôle réglementaire à blanc organisé par la Direction départementale des Territoires d'Eure-et-Loir (DDT) avec la Chambre. Les organisateurs ont même été contraints de refuser des inscriptions…

Il faut dire que ce sujet est particulièrement sensible car les contrôles pratiqués par la Draaf, la DDT, la DDCSPP ou l'ASP sont plutôt stricts.

«  Quand on reçoit un courrier qui annonce que l'on va être contrôlé, surtout sur le volet phytosanitaire, on stresse pendant quelques jours, on passe des coups de fil à droite à gauche  », a témoigné le président de la commission agronomie de la chambre d'Agriculture, Éric Maisons, en ouvrant la réunion. C'est donc dans le but d'apaiser les tensions que ce contrôle à blanc a été organisé.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, Anne-Laure Dufretel, de la DDT, a apporté quelques précisions  : «  Les contrôles conditionnalité concernent les domaines de la Directive nitrates, des BCAE (Bonnes conditions agricoles et environnementales), de la santé et protection végétale ou le bien-être animal. En cas de non-conformité mineure, nous adressons un avertissement et l'on demande la remise en conformité et qu'il n'y ait pas d'anomalie dans les deux ans. En cas de non-conformité plus grave, c'est la pénalité, généralement de 1 à 5  % des aides mais qui peut aller de 15 à 100  % s'il y a intentionnalité  ».

Puis, deux agents de la Draaf, le chef de pôle santé qualité production végétale Anthony Louis et l'inspecteur Fabien Compin, ont détaillé l'ensemble de la procédure tout en répondant aux questions des participants  : «  Notre objectif est de vérifier la conformité des exploitations. Nous ne sommes pas là pour vous faire peur même si le montant des pénalités peut sembler important  ».

Avant tout contrôle, la Draaf envoie un courrier sept jours avant, précisant la liste des documents à présenter et les points de contrôle abordés.

Chaque contrôle comporte deux volets, l'un documentaire qui consiste en la présentation de l'exploitation, son assolement, la vérification des attestations, du registre de traitements et de la bonne gestion des produits. L'autre est plus technique et concerne la vérification des installations et matériels de l'exploitation et éventuellement des ZNT et dérives en bordure de cours d'eau. Cependant, «  le contrôle se fait sur une année culturale mais si l'on trouve un mésusage en 2019, il ne sera pas mentionné d'anomalie au titre de la conditionnalité pour 2020   », a précisé Anthony Louis.

Tous les points de contrôle ont ensuite été passés en revue.

«  Nous contrôlons toute la réglementation applicable  », a souligné Fabien Compin. Cela va du Certiphyto au registre des traitements qui doit être rempli au fil de l'eau, en passant par la gestion des emballages vides (EVPP) et des produits non utilisables (PPNU). «  Le plus anxiogène pour l'exploitant, c'est la vérification du respect des doses et des délais avant récolte (DAR)  ». Ceux-ci reposent sur une estimation des fonds de bidon en regard de ce qui est inscrit sur le registre. «  Le plus simple pour vous est de sous-doser et d'avoir zéro stock  », a suggéré l'inspecteur.

Les agents de la Draaf ont assuré que quand ils annonçaient un surdosage à un exploitant, celui-ci était avéré à 200  %. Ils ont insisté également sur la nécessité d'avoir une balance dans le local phytosanitaire pour diminuer les incertitudes de pesée. De s'assurer également de bien posséder des buses anti-dérive et non de simples buses qui limitent la dérive.

À l'issue de cette partie documentaire, les participants ont été invités à poursuivre le contrôle en allant voir le matériel et les installations de la ferme de Miermaigne qui se sont avérés parfaitement conformes.

En Eure-et-Loir en 2019, 36 contrôles ont été effectués au titre de la conditionnalité  : 21 ont été jugés non conformes et 12 ont donné lieu à des anomalies  : 4 pour surdosages, 3 pour «  mésusages  », 2 appareils de traitement sans contrôle technique et 3 sur les ZNT. 20 % des contrôles sont sélectionnés aléatoirement, 80 % sont ciblés  : second contrôle après un premier non conforme, signalement ou résultat d'une analyse de risque cantonale. Un contrôle dure environ deux heures et demie.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages