Le dialogue entre voisins se poursuit à Voves

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:05
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le dialogue entre voisins se poursuit à Voves

La quatrième rencontre Nos voisins les agriculteurs, organisée par la chambre d'Agriculture et ses partenaires de la Charte de bon voisinage, s'est déroulée à Voves le 13 janvier.

Après Arrou, Tremblay-­les-Villages et Épernon, c'est à Voves que s'est déroulée, le 13 janvier, la quatrième rencontre «  Nos voisins les agriculteurs  ».

La chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, qui organise ces réunions avec ses neuf partenaires signataires de la Charte de bon voisinage, espère pouvoir organiser une autre rencontre à Landelles prochainement. Sinon, compte tenu des élections municipales qui arrivent, la série de rencontres se poursuivra au printemps. L'intention étant d'en conduire une par canton.


En attendant, il a fallu ajouter quelques sièges salle Jean-­Feugereux pour pouvoir accueillir tout le monde. Après le mot d'accueil du maire, Marc Guérini, celui du président de la Chambre, Éric Thirouin, et la présentation de la Charte de bon voisinage, des évolutions de l'agriculture et des principes d'utilisation des produits phytosanitaires, par la chargée de communication de la Chambre, Caroline Morice, le débat a été lancé.

Comme lors des autres rencontres, les riverains soulignent la dangerosité des produits phytosanitaires et le fait que certains agriculteurs épandent sans faire attention au voisinage, ou s'interrogent sur la qualité de l'eau du robinet.

Sur ce point, Jean-­Michel Dubief, agriculteur et maire de Ouarville, a répondu que des études avaient été menées sur des captages d'eau de sa commune du fait d'une trop forte concentration en nitrates et que finalement celle-ci s'est révélée forte à proximité des fermes et faible au milieu de la plaine, elle résultait donc de pollutions accidentelles et non diffuses. Et il a ajouté qu'avec le progrès, les analyses détectaient aujourd'hui des traces de produits, souvent interdits depuis longtemps, ce qui pouvait faire peur…

Le représentant de l'association Eure-et-Loir Nature est intervenu ensuite pour souligner que la consommation de produits phytosanitaires ne baissait pas en dépit des objectifs fixés par les plans Écophyto, mais aussi que les indicateurs additionnaient des produits qui n'avaient pas la même dangerosité…

Éric Thirouin a réagi  : «  Nous avons un indicateur, le Nodu, qui, communiqué sans explication, peut ne pas faire apparaître de progrès alors que nos pratiques évoluent… On n'y comprend plus rien et ce serait bien en effet d'avoir un avis indépendant là-dessus. C'est un vrai sujet  ».

Mais à Voves, la question de l'épandage à proximité des écoles ne pouvait pas ne pas émerger dans le débat. On se souvient en effet qu'en 2016, des enfants d'une école primaire avaient développé des rougeurs et des démangeaisons aussitôt attribuées à un épandage d'engrais dans une parcelle voisine avant que l'ARS*, quelques mois plus tard, exclue totalement cette hypothèse et attribue plutôt ces symptômes à la présence de nids de chenilles processionnaires…

Ainsi, une représentante de parents d'élèves a relaté la présence d'une odeur de traitement phytosanitaire un matin près de l'école Jean-Moulin, demandant à ce que les agriculteurs ne traitent pas pendant les heures d'école.

«  C'est déjà le cas, a répondu le président de la Chambre, mais les odeurs peuvent persister. En revanche, ce qui serait bien, c'est qu'en cas de souci ponctuel, une équipe de ‘‘sachants’’ puisse objectivement expliquer ce qui se passe…  ».

Hervé Colin

*Agence régionale de santé

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages