Le festival Alimenterre ouvre le débat à Montoire

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:30
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le festival Alimenterre ouvre le débat à Montoire

Dans le cadre du festival Alimenterre, 80 élèves du lycée et CFA agricole de Montoire se sont penchés sur cette question : Un élevage durable et respectueux des éleveurs et des animaux est-il vraiment possible ?

Cette année encore, le CFAA de Montoire-sur-le-Loir a participé à sa manière au festival Alimenterre, qui se déroule du 15 octobre au 30 novembre. Lancé il y a une dizaine d’années, cet événement international «  amène les citoyens à s’informer et comprendre les enjeux agricoles et alimentaires en France et dans le monde, afin qu’ils participent à la co-construction de systèmes alimentaires durables et solidaires et au droit à l’alimentation  ».

Pour cette édition 2019, les formatrices Myriam Demoly et Marie-Josée Lhomme ont organisé une matinée débat autour du film Faut-il arrêter de manger des animaux  ?, de Benoît Bringer, sorti en février 2018. Ainsi, jeudi 14 novembre, quatre-vingts élèves du CFA et du lycée ont été conviés à visionner ce film, puis à travailler par petits groupes, aidés par cinq intervenants  : Olivier ­Mullier (chambre d’Agriculture 41), Thierry Murat (association CCFD-Terre solidaire), David Peschard (agriculteur), Stéphanie Drelon (anthropologue), Pierrette Odeau (association Athena) et Ludovic (responsable cantine du lycée).

Du côté du consommateur, «  cette matinée a pour but d’informer et de sensibiliser les jeunes aux problématiques agricoles, comme ici le bien-être animal qui est un sujet d’actualité  », a annoncé Myriam Demoly.

«  On réfléchit ensemble pour essayer de trouver des solutions car ce sont eux les futurs agriculteurs, a ajouté Marie-Josée Lhomme. C’est intéressant de voir ce qui fonctionne et c’est aussi une autre manière d’aborder les sujets compliqués que sont la mondialisation, l’économie à grande échelle…  ».

Selon Stéphanie Drelon, «  nous sommes ce que nous mangeons. Ce qui implique que les élèves sont aussi des citoyens qui peuvent agir et contribuer, à leur niveau, à faire bouger les choses  ».

Du côté de la profession, Olivier Mullier a répété  : «  Il faut expliquer plus que revendiquer. Il est bien de montrer différents types d’élevages et une diversité de solutions. Mais au final c’est le libre choix de l’agriculteur. C’est lui qui agit en fonction des opportunités et des conséquences. Changer sa manière de produire implique des besoins en temps, en argent parfois, mais aussi de repenser ses réseaux de partenaires, clients, fournisseurs, entraide… Cette transition ne se fait pas toute seule et la Chambre est l’un des acteurs qui aide les agriculteurs à réussir leurs choix  ».

L’agriculteur David Peschard, basé à La Chapelle Saint-Martin-en-Plaine, a quant à lui raconté son parcours, son installation, sa conversion en bio il y a dix ans et le passage à la vente directe depuis cinq ans.

«  Mon but est de maîtriser toute la chaîne de production. Cela demande un temps monstre, mais il y a une vraie plus-value, ça me libère de la fluctuation des prix, me permet de lisser le revenu et de sécuriser l’exploitation, a-t-il détaillé. Le changement de mon système a également permis de dynamiser le territoire, puisqu’aujourd’hui nous sommes quatre sur la ferme, alors qu’au commencement j’étais seul  ». 

Doriane Mantez

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages