Le GDS 41 se penche sur la question du maillage vétérinaire

par Laure Sauvage, mis à jour à 11:46
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le GDS 41 se penche sur la question du maillage vétérinaire

Une soixantaine de personnes ont participé à l’assemblée générale du Groupement de défense sanitaire du Loir-et-Cher (GDS 41), le 21 mars à Blois.

Le Groupement de défense sanitaire du Loir-et-Cher (GDS 41) a tenu son assemblée générale le jeudi 21 mars dans ses locaux à Blois. Devant une soixantaine de membres, le président Frédéric Jaffré est revenu sur le processus de fusion totale (fonctionnelle et juridique) avec le GDS du Cher, amorcé il y a maintenant plus de deux ans.

 « La fusion administrative est toujours en cours, mais a pris beaucoup de retard », a annoncé le président. Ce retard nous a toutefois permis de prendre du recul et d’affiner notre réflexion : la fusion juridique nous semble à présent moins prioritaire que dans le passé ».

Le GDS a donc pris la décision de donner la priorité à la mise en place et à la consolidation de la fusion fonctionnelle, puisqu'à ce jour, seule la réduction de la masse salariale à permis de faire des économies. Ce gain réalisé a d’ailleurs été réinvesti en 2018 pour la compensation des pertes de subvention et dans le financement d’encore plus d’analyses qu’en 2017.

« Ainsi les gains dégagés par la restructuration ont pu directement profiter aux éleveurs », a-t-il précisé avant de rappeler que le conseil régional va à nouveau réduire les aides en 2019, tablant sur 40 000 euros à économiser cette année pour « maintenir le même niveau d’action » que l’année écoulée.

Sur ce sujet, Pascal Bioulac, conseiller départemental en charge de l’agriculture, a annoncé son soutien : « Vous nourrissez l’humanité, vous nourrissez la France. Le département est à vos côtés pour vous aider le plus possible, en fonction de ce que la loi nous permet ».

La réunion s’est terminée par l’intervention du docteur Laurent Perrin, président du Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral (SNVEL), sur le thème de la problématique du maillage vétérinaire.

Installé depuis une trentaine d’année en tant que vétérinaire à Valençay (Indre), il s’est montré soucieux de l’avenir de la profession en milieu rural : « Avec ma femme nous serons bientôt à la retraite, mais l'on ne trouve pas de remplaçants, a-t-il souligné, angoissé. Les jeunes ne veulent plus travailler comme nous, avec autant d’heures, de déplacements et d’astreintes et gardes… Et ils ont raison ! ». 

Selon lui, le délitement du maillage vétérinaire s’est créé au fil des années, dû à une évolution de la demande, une baisse d’élevages bovins, une augmentation du niveau technique des éleveurs, sans oublier les difficultés économiques qui touchent ce secteur.

« Nous sommes tous responsable de la réponse que l’on va donner à ce problème : éleveurs, collectivités locales, vétérinaires, élus…, a-t-il proclamé. L’équation à résoudre est de rendre socialement supportable la gestion des gardes et astreintes et de donner une visibilité aux jeunes ».

Il a répété à l’assemblée que pour qu’il y ait un équilibre économique des structures vétérinaires, il faut que les éleveurs utilisent l’ensemble des services proposés par les vétérinaires : soins, médicaments, urgences, suivis, visites thématiques, BSE et protocoles de soin, conseils, gardes, suivis sanitaires…

« Le médicament représente entre 30 et 60 % budget des vétérinaires en rural. Donc s’il l’on en vend de moins en moins on sera obligé de multiplier par quatre les honoraires. Or, si je vous prends 12000 euros pour césarienne, vous ne m’appellerez plus ».

Doriane Mantez

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages