Le lycée de Montoire prend en charge les handicaps cachés

par Estelle Bescond, mis à jour à 16:11
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le lycée de Montoire prend en charge les handicaps cachés

Pour accompagner les élèves en situation de handicap, le lycée agricole de Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher) dispose d’une assistante de vie scolaire (AVS), Delphine Laurent.

Neuf heures par semaine, elle accompagne Pierre Pasquier, dix-sept ans, atteint de dyslexie — « un handicap qui ne se voit pas », précise le directeur de l’établissement, Gilles Strecker. Son rôle est de répondre aux besoins de cet élève en baccalauréat professionnel conduite et gestion d’une exploitation agricole (CGEA) : reformuler les consignes, dactylographier ses cours, les photocopier, adapter le vocabulaire.

« Pierre m’a aussi demandé d’être là en agronomie, le module le plus important pour lui car il l’a choisi comme option pour le baccalauréat. Je lui fournis des outils pédagogiques. »

Il y a cinq ans, quand Delphine Laurent a commencé cette activité, elle suivait trois élèves d’une même classe. Depuis deux ans, elle ne s’occupe que de Pierre. « Je ne peux effectuer cette mission que six fois un an. Il n’y a pas de titularisation donc on ne peut pas vraiment parler de métier. C’est quelque chose de provisoire. »

En parallèle, Delphine Laurent est assistante d’éducation à mi-temps. Cet emploi lui permet d’être dans l’établissement pratiquement tous les jours « et je peux me décharger une heure si Pierre en a besoin ». Aucune compétence particulière n’est demandée pour devenir AVS mais des formations et stages sont proposés dans l’éducation nationale comme dans l’enseignement agricole.

« Il faut qu’une relation de confiance s’installe. Au début, je n’osais pas venir en cours car je suis un support pour Pierre qui n’est pas toujours bien perçu par les autres élèves, mais peu à peu, j’ai trouvé ma place », confie l’AVS.

Grâce à ce dispositif, Pierre a eu la possibilité de poursuivre son apprentissage dans l’enseignement agricole et de ne pas être orienté vers l’enseignement spécialisé. « Pierre se donne les moyens de réussir. Il faut qu’il y ait la 
motivation du jeune et des parents derrière pour que le travail soit efficace », explique Gilles Strecker. 

L'adolescent a été diagnostiqué dyslexique sévère à l'âge de six ans. Son handicap se manifeste par des problèmes d’apprentissage à la lecture, une écriture difficile à déchiffrer et un vocabulaire peu développé. Dès la classe de sixième, Pierre Pasquier a reçu l’aide d’une AVS. « J’arrive à lire et écrire mais je ne comprends que la moitié des énoncés. Et parfois, je n’arrive pas à me relire », confie-t-il.

Delphine Laurent l’accompagne pour son travail scolaire mais, après la terminale, elle ne sera plus là. « Ce serait compliqué sans elle, surtout pour les contrôles et pour les professeurs qui n’arrivent pas toujours à me relire. Mais je pense que mon handicap va s’amenuiser au fil des années. Je l’aurai toute ma vie mais avec l’informatique aujourd’hui, je ne devrais pas être trop embêté pour mon futur métier. » Pierre Pasquier compte reprendre l’exploitation familiale, en production céréalière.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages