Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Le numérique en agriculture au menu d'AS 28

par Hervé Colin, mis à jour à 14:28
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le numérique en agriculture au menu d'AS 28

L'association de gestion Accompagnement stratégie 28 (AS 28), présidée par Jean-Pierre Leveillard, a fêté ses trente ans le 23 novembre à Chartres, lors de son assemblée générale annuelle. Elle y a évoqué son histoire et organisé une table ronde sur l'agriculture numérique.

L'histoire de l'association de gestion Accompagnement stratégie 28 (AS 28), née il y a trente ans en 1987 sous le nom d'Agricompta, se confond avec celle de l'avénement de la micro-informatique.

C'est en tout cas ce qu'a rappelé son président fondateur, Pierre Crépin, qui est revenu sur la genèse de l'association lors de son assemblée générale annuelle le 23 novembre.

Celle-ci s'est déroulée sous la houlette de son président Jean-Pierre Leveillard dans une salle Mathurin Régnier de la chambre d'Agriculture particulièrement bien garnie pour fêter ce trentième anniversaire comme il se doit.

Et c'est donc avec une certaine cohérence avec son histoire qu'AS28 a choisi d'organiser à l'issue de sa partie statutaire, une table ronde sur le numérique en agriculture. Animée par la directrice d'Horizons, Agnès Laplanche, cette table ronde a réuni quatre intervenants de qualité : la député eurélienne (LR), Laure de la Raudière, la responsable de la Digiferme Arvalis de Boigneville (Essonne), Delphine Boutet, le créateur de WeFarmUp, Laurent Bernède et le co-fondateur de la start-up Agrisolution, Xavier Chabannes.

Étaient donc rassemblés autour de la table autant d'invités que de profils différents pour expliquer en quoi les innovations numériques étaient au service de la performance des exploitations, la thématique retenue.

Tester ces innovations numériques, c'est le rôle que s'est donné la Digiferme de Boigneville : « pour faire la part des choses entre le gadget et ce qui va vraiment apporter quelque chose », a précisé Delphine Boutet qui a ajouté : « l'agriculture de demain ne se fera pas forcément avec une technologie ultra-chère. Nous faisons le pari que c'est à travers la valorisation des données que l'on va améliorer l'agriculture ».

Un qui a décidé d'en changer le modèle, c'est Laurent Bernède. En effet, sa plateforme d'économie collaborative WeFarmUp met en relation des propriétaires d'outils et des agriculteurs susceptibles de les louer, à l'image d'Airb'n'b avec les biens immobiliers.

« L'enjeu est de connecter tous les hangars agricoles avec leurs parcs matériels et de les rendre visible. Ça permet de générer des revenus, de baisser les charges de mécanisation ou de tester des matériels spécifiques. Au final, ça amène de la résilience dans les exploitations », a-t-il expliqué.

Des économies concrètes, c'est aussi ce que promet l'Irricam développée par la start-up de Xavier Chabannes : « En installant cette caméra sur un enrouleur, l'agriculteur pourra voir s'il est bien arrivé, ce qui lui évite de prendre sa voiture. Nous avons calculé qu'avec un enrouleur à cinq kilomètres, par exemple, l'irrigant pouvait faire une économie de 900 euros de carburant sur une campagne d'irrigation et sans prendre de risque ».

« Nous vivons une période étonnante où beaucoup d'acteurs ont envie de changer le monde », a pointé Laure de la Raudière.

Selon elle : « On collecte de plus en plus de données et de plus en plus qualifiées. Et l'augmentation des capacités d'analyse permet d'accroître nos connaissances sur les systèmes de façon mieux ciblées, sur des parties de parcelles. Mais qui prend les décisions au final, c'est l'agriculteur. Et heureusement sinon le risque c'est qu'il ne soit que l'exécutant de grands groupes... »

En attendant, pour elle, il faut d'abord assurer la couverture du territoire et plus particulièrement le réseau mobile : « il vous faut surtout des réseaux 3G, 4G, 5G sinon l'Irricam ne marchera pas... » Pas de bras, pas de chocolat...

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages