Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Le préfet de région sur une exploitation laitière

par Laurence Dupuis, mis à jour à 15:48
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le préfet de région sur une exploitation laitière

Le préfet de la région Ile-de-France, Jean-François Carenco, a fait le point avec les responsables agricoles franciliens le mercredi 26 août sur l’exploitation laitière de Franck Sendron à Neufmoutiers-en-Brie.

Alors que le secteur de l’élevage traverse une grave crise, le préfet de la région Ile-de-France, Jean-François Carenco, s'est rendu le mercredi 26 août à Neufmoutiers-en-Brie (Seine-et-Marne) auprès des agriculteurs franciliens pour faire le bilan des moissons et plus globalement le point sur une situation agricole tendue, notamment pour les filières animales.

À l'écoute des préoccupations du terrain, le préfet de région a profité de ces échanges concrets pour approfondir avec les producteurs l'analyse et la réflexion sur les enjeux  auxquels fait face aujourd'hui l'ensemble des filières ainsi que les questions économiques, techniques  et règlementaires qu'ils soulèvent.

Accueilli sur l’exploitation laitière de Franck Sendron, il était accompagné du préfet de Seine-et-Marne, Jean-Luc Marx, du président de la chambre régionale d’Agriculture, Hervé Billet, du président de la FRSEA Ile-de-France, Damien Greffin, de celui des JA Ile-de-France, Frédéric Lepesme — ainsi que de leurs homologues départementaux —, du député-maire, Christian Jacob, du président du conseil départemental, Jean-Jacques Barbaux, et d’élus locaux et responsables professionnels.

Après une rapide présentation de son exploitation, Franck Sendron a évoqué le prix du lait qui est en net recul suite, d’une part, à la fin des quotas laitiers au 1er avril dernier et, d’autre part, à l’impact indirect de l’embargo russe. 

« Avec un prix de 350 euros/1000 litres, je survis. Le travail en commun avec ma compagne, exploitante en polyculture, permet une optimistation des charges de structures et de mécanisation », explique Franck Sendron, dont le lait est valorisé en fromages, des produits à plus forte valeur ajoutée, la Seine-et-Marne ayant deux AOP sur son territoire. 

Et de souligner que le plan d’aide de six cents millions d’euros annoncé par Stéphane Le Foll en juillet concerne essentiellement des garantis bancaires, que seuls cent millions sont destinés aux éleveurs sous conditions (50 % de spécialisation, 35 % d’endettement). Dans ces conditions, l’enveloppe francilienne se limite à 28 000 euros. 

Selon le préfet, une seule solution : jouer sur les aides sociales et fiscales.

L’éleveur a également insisté sur les filières courtes, « qui ne sont pas une solution à tous les problèmes, juste un plus ». Le problème des gens du voyage qui s’installent massivement sur les pâtures, les difficultés d’abattage et celles rencontrées par l’établissement régional de l’élevage... ont fait l’objet de discussions.

« Nous devons avoir une approche régionale de l’élevage, d’autant plus fragile en Ile-de-France qu'il se raréfie. D’autres filières, anciens fleurons franciliens — horticulture, maraîchage — sont aussi en grande difficulté », insiste Hervé Billet.

Et de conclure : « Vous avez une carte à jouer au niveau régional et départemental si tout le monde se met à manger local et qu’on a la capacité de fournir. »

En préambule à la visite de l’exploitation de Franck Sendron, une rencontre à huis-clos entre les responsables professionnels et le préfet a permis de dresser le bilan de la moisson et d’aborder différents sujets d’actualité.

Les agriculteurs ont notamment souligné que les exploitants agricoles ont de plus en plus de mal à assimiler l'empilement des normes et « décrochent » quant à l'application des réglementations : « Nous traversons une année de restructuration compliquée durant laquelle la profession doit s'adapter et faire face à une réglementation de plus en plus contraignante et à la réforme de la Pac », a souligné Hervé Billet.

Face à ce constat du terrain, le préfet a demandé à ce qu'une note détaillée recensant les aberrations réglementaires en matière d'agriculture lui soit adressée. Cette note lui servira de support pour défendre les revendications de la profession auprès du gouvernement et de Bruxelles.

Au niveau environnemental, le préfet de région a confirmé que la profession doit être partie prenante des délibérations et décisions relatives à la gestion de l'eau sur les territoires. Les projets d'arrêtés visant à stopper l'activité agricole en cas de pollution aux particules fines ont aussi été abordés.

Enfin, un débat sur les orientations et le rôle donné au futur Schéma directeur régional des exploitations agricoles a eu lieu, les JA ayant toujours en tête le blocage du versement des aides à l'installation en début d'année qui a engendré un découragement des porteurs de projets pour s'installer avec les aides.

La délégation a insisté sur le caractère global de la crise qui touche toutes les filières : sur administration, excès de normes… aboutissent au refus d’entreprendre et au découragement.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages