Le préfet des Yvelines chez les agris

par Marine Guillaume, mis à jour à 11:44
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le préfet des Yvelines chez les agris

Arrivé dans les Yvelines au printemps dernier, le nouveau préfet, Jean-Jacques Brot, a visité trois exploitations agricoles à l'invitation de la profession.

La rencontre aurait pu être mouvementée — les occupations de terres agricoles par les gens du voyage étant à peine réglées — mais elle a en réalité été studieuse et même plutôt... chaleureuse.

Vendredi 21 septembre, le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, arrivé dans le département il y a cinq mois, a effectué la traditionnelle visite d'exploitations agricoles à l'invitation de la profession.

À Bazainville d'abord, carnet et stylo en main, Jean-Jacques Brot a fait la connaissance de Jeffrey Vanhalst, jeune agriculteur installé en grandes cultures depuis 2013 et diversifié en maraîchage depuis le printemps dernier, « faute de perspective d'avenir dans les céréales et pour créer un lien avec le consommateur », a expliqué le jeune installé.

À leurs côtés, les présidents de la chambre d'Agriculture, de la FDSEA et de JA Île-de-France, Christophe Hillairet, Damien Greffin et Frédéric Arnoult, ont dressé un rapide portrait de l'agriculture francilienne (conjoncture, installation, nécessité de diversification...), interpellé le préfet sur les difficultés des agriculteurs face au regard pas toujours bienveillant de la société et alerté sur la recrudescence des vols de GPS dans les tracteurs.

À quelques kilomètres de là, à Gambais, Jean-Jacques Brot a ensuite découvert l'exploitation de la famille Rey, éleveurs de bovins charolais.

Là, le père, Dominique, et ses deux fils, Fabien et Simon, se sont adressé sans détour au représentant de l'État pour lui signifier leurs difficultés au quotidien.

Et l'atmosphère s'est encore chargée un peu plus à l'arrivée de Vincent Harang, directeur de l'abattoir porcin de Houdan, un établissement visé par des militants véganes depuis deux ans. C'est la gorge nouée par l'émotion qu'il a dit « sa peur » pour lui et pour sa famille.

La profession agricole fait front derrière le dernier abattoir porcin de la région et a prévenu : « On va au clash, il y aura un drame. Nos éleveurs consacrent toute leur vie à leurs bêtes, ils ne peuvent pas entendre le discours de ces militants. Qu'ils décident de ne pas manger de viande, c'est leur choix et nous le respectons, mais qu'ils respectent aussi notre activité et notre mode d'alimentation ».

La délicate problématique des gens du voyage a ensuite été abordée. Le préfet a signifié sa volonté de « prendre les choses en main et d'apaiser les territoires », particulièrement le sud Yvelines, très concerné ces dernières semaines.

La profession agricole a redit à Jean-Jacques Brot sa disponibilité pour trouver un terrain où pourrait être construit une aire de grand passage. « Il y a quelques années, nous avions donné notre accord pour un terrain aux Essarts-le-Roi qui faisait consensus », a rappelé Christophe Hillairet.

Enfin, la délégation a visité l'exploitation arboricole de Fabien Vassout, également installé à Gambais. Les difficultés liées à la main-d'œuvre, aux usages de produits phytosanitaires et à la périurbanité ont été abordées avant que les agriculteurs du Mantois n'interpellent le préfet sur la Ligne nouvelle Paris-Normandie.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages