Le préfet sur le terrain

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:29
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le préfet sur le terrain

Le préfet de Seine-et-Marne, Thierry Coudert, a été accueilli sur l’exploitation de Pascal Verrièle à Dormelles, mardi 7 juillet. Une rencontre riche en échanges sur les problématiques agricoles.

Répondant à l’invitation de la FDSEA 77, des JA 77 et de la chambre d’Agricuture de région Île-de-France, le préfet de Seine-et-Marne, Thierry Coudert, arrivé dans le département quelques semaines avant le début du confinement, s’est rendu à Dormelles sur l’exploitation de polyculture de Pascal Verrièle mardi 7 juillet.

« Dans le sud Seine-et-Marne, on joue sur la qualité pour gagner de la valeur ajoutée », a expliqué l’exploitant en lui présentant son assolement diversifié — pour limiter les risques —, la gestion agronomique de l’exploitation et les contrats sur lesquels il s’engage comme le blé Barilla. Mais l’exploitant est inquiet pour l’avenir des betteraves, une culture qui cumule les difficultés depuis quelques années, et du colza face à la pression des insectes en l’absence de matières actives.

Sur cette exploitation de 180 hectares, qui s’appuie notamment sur les nouvelles technologies et l’agriculture de conservation, la production de blé permet, par exemple, de fabriquer 2,15 millions de baguettes.

Depuis peu, avec vingt-et-un collègues, il a créé un GIEE (Groupement d’intérêt économique et environnemental) sur l’agriculture de conservation. Exploitant des petites parcelles bordées de bois, un temps non négligeable est consacré au passage de l’épareuse. « Quand on dit qu’on entretient le paysage, c’est aussi ce travail », a relevé le président de la FDSEA 77, Cyrille Milard.

Puis des échanges sur différents sujets, dont certains s’appuyaient sur l’exemple de cette exploitation, ont eu lieu  : la nécessité de revoir les dégâts de gibiers à la baisse, les dépôts sauvages « de plus en plus difficiles à gérer. Avant, on les trouvait sur les chemins, maintenant sur nos parcelles », a souligné Guillaume Lefort, premier vice-président de la chambre, la charte riverains et les ZNT sur lesquelles les premières dérives sont observées (riverains qui traitent le long de leur clôture, dépôt de terre), l’inquiétude pour l’élevage et la quasi-disparition de la production laitière au sud de la Seine, l’enseignement où l’agriculture décrite est plus proche de « Martine à la ferme » que de la réalité et cela dès le plus jeune âge, la communication générale…

Dans un second temps la délégation s’est rendue sur une parcelle de betteraves fortement impactée par la jaunisse où le président de l’interprofession betteravière, Jean-Philippe Garnot, a lancé un cri d’alarme alors « qu’aucune proposition robuste pour 2021 existe. En attendant de trouver une solution, le retour à l’enrobage des semences est nécessaire ».

Outre la survie des usines qui est en jeu, les conséquences sont nombreuses  : production de sucre, pour les troupeaux situés en zone AOP brie de Melun, fabrication du gel hydroalcoolique alors que l’opération « Un bidon de 5 litres pour chaque commune du département » a été fort appréciée, sans oublier la complexification des relations avec les riverains alors que les passages avec un pulvérisateur se multiplient.

La rencontre s’est achevée sur une parcelle réemblavée en maïs, le colza semé à l’automne ayant été détruit par les limaces et les altises. Celle-ci est aujourd’hui partiellement détruite par des dégâts de corbeaux en attendant ceux des sangliers.

Face à tous ces sujets, le préfet s’est montré très intéressé à travers les nombreuses interrogations. Des éléments complémentaires lui seront d’ailleurs remis à sa demande.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages