Le semis direct sous couvert décortiqué par les Universités du soir

par Hervé Colin, mis à jour à 19:00
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le semis direct sous couvert décortiqué par les Universités du soir

Plus de deux cents agriculteurs ont répondu le 4 juin à l'invitation de la chambre d'Agriculture qui organisait ses seizièmes Universités du soir sur le thème du semis direct sous couvert.

« Beaucoup de ces méthodes ne seraient pas possibles ou extrêmement difficiles sans glyphosate. Finalement, le gouvernement a compris que l'on ne pouvait pas interdire sans solution. Et le travail auprès des parlementaires a fait que l'interdiction du glyphosate n'est pas passée à l'Assemblée », a souligné le président de la chambre d'Agriculture, Éric Thirouin, en ouvrant le 4 juin la seizième édition des Universités du soir, consacrées au semis direct sous couvert.

Plus de deux cents agriculteurs ont participé à cette soirée, preuve que ces sujets purement agronomiques suscitent de l'intérêt.

Consultant en agriculture de conservation, Franck Baechler a débuté ces Universités en dressant un état des lieux du sans labour en France, estimant à 35 % les terres en techniques simplifiées, puis en a expliqué les grands principes.

Selon lui : « le sol est une liaison organo-minérale et c'est la partie biologique que l'on peut travailler. Pour l'améliorer, il faut nourrir le sol avant de nourrir la plante. On travaille sur trois niveaux, la fertilité physique, chimique et biologique », a-t-il expliqué.

Après avoir ajouté qu'il fallait stocker du carbone et donc produire de la biomasse pour que cela fonctionne, que ce changement demandait un temps d'adaptation, de bien se former, de s'appuyer sur un réseau, d'allonger la rotation et d'investir dans du matériel spécifique, il a suggéré d'introduire des animaux sur les exploitations : « quand les Beaucerons auront compris ça, les régions d'élevage auront du souci à se faire... »

Ensuite, Emmanuelle Lherbette, conseillère de la chambre d'Agriculture, a brossé le tableau des actions de la chambre pour l'agriculture de conservation : « Il y a plusieurs degrés dans la mise en œuvre de cette agriculture, le semis direct en est l'aboutissement. Cette agriculture demande beaucoup d'échanges et de connaissances », a-t-elle relevé, soulignant qu'il n'y avait pas de solution unique « mais l'envie de replacer le sol au centre du système ».

Deux groupes de développement s'y consacrent en Eure-et-Loir, l'un en Beauce chartraine qui compte une cinquantaine de membres actifs et l'autre en Beauce dunoise, en cours de reconstruction.

Enfin, ces Universités du soir ont fait la part belle aux témoignages de quatre agriculteurs euréliens : Bruno Levassor, François Vanier, Marc Watrelot et Xavier Pelé. Chacun a expliqué pourquoi il était passé au semis direct : la volonté de se dégager du temps, celle d'arrêter le labour, pour rompre la routine du système blé-orge-colza ou pour des questions de sol caillouteux et usant.

Tous ont témoigné de la nécessité de confronter les expériences, de faire partie d'un groupe, de se former.

Ils ont parlé de leurs difficultés également : « quand on tombe de cheval il faut remonter tout de suite, là c'est pareil », a pointé Marc Watrelot. « Les premières années tu te prends des gamelles mais maintenant je gagne 700 euros d'EBE par hectare, je retire de l'azote, ça marche », a conclu François Vanier.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages