Le vieux château se bat pour sauver l’emploi

par Gaelle Chalude, mis à jour à 17:19
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Le vieux château se bat pour sauver l’emploi

L’unité de conditionnement d’œufs Le vieux château, implantée à Digny depuis une vingtaine d’années, connaît de grosses difficultés. Les vingt-quatre salariés et la direction se battent pour sauver l’entreprise. Une trentaine d’éleveurs de la région est concernée.

Ce qui arrive à la société Le vieux château est pour le moins édifiant. L’entreprise spécialisée dans le conditionnement d’œufs issus d’élevages de poules élevées en plein air et biologiques se trouve dans les pires difficultés après la perte d’un de ses très gros clients, les œufs Mâtines (groupe Glon). Implantée à Digny (Eure-et-Loir) depuis une vingtaine d’années, elle emploie actuellement vingt-quatre salariés et travaille avec une trentaine d’éleveurs de la région.

Tout avait pourtant bien commencé pour Le vieux château. Fondée par un couple d’éleveurs au début des années 1990, l’entreprise se place d’emblée sur un marché qui va se révéler porteur : les œufs issus des élevages de poules en plein air. « À l’époque, avec les établissements Doradoux (Agralys), nous avons travaillé à l’organisation d’une filière régionale », se souvient Florence Hubert, qui dirige la société avec son mari Grégoire.

Trouver de nouveaux éleveurs
En 1994, le centre de conditionnement d’œufs de Digny voit le jour. Les œufs bio entrent dans le centre, Le vieux château sera un des pionniers du secteur. La production est commercialisée sous les marques Œufs de nos villages et Mâtines. Très vite le succès est au rendez-vous et Le vieux château, en partenariat avec Agralys, doit tous les ans trouver de nouveaux éleveurs.
Mais au bout de quelques années, au tournant de l’an 2000, Mâtines, qui appartient alors aux groupes Cecab et Glon Sanders, demande l’exclusivité. En contrepartie, Le vieux château deviendrait le seul centre de conditionnement bio et plein air de la marque. « Du coup, nous sommes contents et nous investissons : construction d’une nouvelle salle à la demande de Mâtines, informatisation du calibrage, nouvelle chaîne, traçabilité… » Les œufs Label rouge font leur entrée.

Mais petit à petit, l’exclusivité tombe à l’eau : « C’est le début des problèmes, leur discours n’est plus le même », témoigne Florence Hubert. À la faveur de différents événements — comme un incendie dans un centre de conditionnement breton — et en quelques années, le centre passe de cinquante à près de cent millions d’œufs conditionnés par an… Cependant, au fur et à mesure des relations commerciales avec ces poids lourds de l’agroalimentaire, la petite société eurélienne va laisser des plumes.
Et c’est autour de sa relation avec Glon que va se cristalliser l’avenir de la société. En 2012, le géant de l’alimentation animale annonce qu’il va se désengager et propose dans la foulée de racheter Le vieux château. Pour Florence Hubert, « avec Glon, nous avons toujours eu confiance. Nous pensions jusqu’au bout trouver un terrain d’entente avec eux. Nous ne comprenions pas pourquoi ils voulaient abandonner le centre. Quand ils ont voulu nous racheter, j’ai compris que c’était pour fermer. J’ai dit non ! Ce qui les intéresse, ce sont nos éleveurs… »

En effet, la filière avicole connaît ces dernières années de vastes mouvements de concentration. Le géant de l’alimentation animale cherche à optimiser et à contrôler l’ensemble de la chaîne de production. Et ira sans doute jusqu’à implanter ses propres sites d’élevage. « Mais ce ne seront pas des élevages de trois à dix mille poules comme aujourd’hui, leur idéal c’est vingt à trente mille poules plein air par site… »
Aujourd’hui Le vieux château est en redressement judiciaire. Les salariés se battent aux côtés de la direction pour sauver l’outil et les emplois. Florence et Grégoire Hubert cherchent des solutions dans toutes les directions, de nouveaux débouchés. Avec pour ambition de sauver les éleveurs… « Au final, c’est la demande qui nous a tués », conclut Florence Hubert.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages