Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

L’EARL du Randonneur, ferme équestre au royaume de la randonnée

par Laurence Dupuis, mis à jour à 12:34
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L’EARL du Randonneur, ferme équestre au royaume de la randonnée

Jocelyn et Béatrice Deloumeaux accueillent une soixantaine d’équidés au sein de leur ferme équestre située à Guérard (Seine-et-Marne).

L’EARL du Randonneur, un nom très approprié pour cette ferme équestre située à Guérard dans la vallée du grand Morin. Les propriétaires, Jocelyn et Béatrice Deloumeaux, s’occupent d’une écurie de propriétaires, l’exploitation étant orientée à 100 % vers la pension de chevaux.

Le site est entouré de quarante-six  hectares dévolus aux chevaux. Un échange paille fumier est réalisé avec un exploitant agricole du secteur.

La clientèle est différente de celle des centres équestres. Elle se partage à part égale entre chevaux à la retraite et propriétaires d’équidés qui ne font que de la balade, la vallée du grand Morin voire celle du petit Morin étant directement accessibles.

« Si nous sommes moins cher qu’un centre équestre – un atout en période de crise - et que l’équitation se vulgarise, nous ne proposons pas les mêmes services qu’eux. Mais, notre prestation nécessite beaucoup de main-d’œuvre et de temps », souligne Béatrice Deloumeaux.

Ici, point de manège ou de carrière pour s’entraîner. À l’instar des humains, les chevaux vivent plus longtemps (jusqu‘à trente ans), mais au-delà de 14-15 ans, finis les concours.

Les chevaux sont accueillis à l’année mais également en pension au pré l’été quand les centres équestres ou  les clubs ferment. « J’ai même un club qui amène toute sa cavalerie », raconte Béatrice, qui s’occupe aux côtés de son époux et d’un salarié de quarante-cinq équidés en box et d’une quinzaine en pâture intégrale.

Trois formules sont proposées : pâture intégrale, box et pâture (pré tous les jours sauf le dimanche d’avril à octobre) et mixte (six mois au pré, six mois au box). Le mixte est en plein boom alors que le pâturage intégral est plus limité, le froid et l’humidité engendrant des problèmes sanitaires.

Si elle se borne à être une ferme équestre, la famille Deloumeaux adhère à la FFE (Fédération française d’équitation) : la moitié de ses propriétaires étant cavaliers, cela lui permet de prendre leur carte.

L’EARL adhère également à la FDSEA, « lÀ, c’est mon âme d’agricultrice qui s’exprime », note l’exploitante qui a repris l’exploitation familiale. Cette dernière était orientée vers la production laitière quand son père s’est installé dans les années 1970 sur ce site qui appartenait à un oncle, charcutier industriel à Paris.

Son BTSA productions animales obtenu à Nancy, et après quelques années à travailler comme assistante vétérinaire en rural, Béatrice souhaite s’installer en 1988 mais la surface est insuffisante pour cette structure qui s’est alors muée en exploitation de polyculture.

Béatrice s’installe donc avec un projet d’atelier ovin et de remise en herbe des parcelles attenantes au corps de ferme et dont les rendements sont faibles. « Suite à l’effondrement des cours en 1994, j’ai alors décidé de me lancer dans une activité de soins aux animaux pour ne plus être dépendante des cours », explique t-elle.

Elle opte pour la pension de chevaux et un élevage. Elle investit alors dans deux poulinières de races rustiques, des races de balade. « Ne montant pas du tout, je voulais des races pour faire des balades, du débourrage à pied et qui pouvaient vivre dehors ».

Face à la concurrence de différents marchés de réforme, l’élevage est arrêté depuis trois ans.

Sa première clientèle pour la pension portait essentiellement pour des chevaux à la retraite, n’ayant pas les structures pour les entraîner. Et le succès est au rendez-vous.

Elle note : « Devenir ferme équestre était aussi une manière de sauver l’exploitation. Au décès de mon père, je ne me voyais pas gérer les terres, les parcelles en grandes cultures ont donc été reprises par mon cousin. Ainsi, on rentabilise et entretient le corps de ferme. Les mauvaises terres sont valorisées. Mon époux, originaire de Guadeloupe s’est également plus facilement converti à cette activité alors qu’il venait du secteur médical ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages