L’emploi partagé en Cuma

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:33
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L’emploi partagé en Cuma

Collectif La Fédération régionale des Cuma a organisé son assemblée générale mi-avril à Blois. Deux Cuma qui font de l’emploi partagé ont été présentées.

La Coopérative d'utilisation de matériel agricole de région Centre-Val de Loire (FRCuma CVL) a tenu son assemblée générale le 12 avril à Blois.

En présence du président du national, Luc Vermeulen, et de son directeur Jérôme Montiel, cette réunion a été l’occasion de rappeler que la région Centre-Val de Loire ne compte pas moins de 620 Cuma, pour un chiffre d’affaires de 25 millions d'euros, soit « un agriculteur sur deux qui est en Cuma », a précisé Anthony Chambrin, animateur Loir-et-Cher et Cuma viticulture pour l'Indre-et-Loire.

Au cours de cette matinée, deux Cuma qui réalisent de l’emploi partagé ont été présentées à la cinquantaine de participants. Luc Vermeulen a ouvert le débat avec des chiffres significatifs : sur les 12 000 Cuma de France, 1 650 sont employeuses de 5 000 salariés, dont 70 % en CDI. « Avec la diminution de la main-d’œuvre sur les exploitations et la nécessité de s’appuyer sur des compétences affirmées, l’emploi est devenu un axe stratégique pour les Cuma », assure le président.

À titre d’exemple, la Cuma de Grossouvre, dans le Cher, — qui compte 26 adhérents sur un périmètre de 35 km, un chiffre d'affaires de 137 000 euros, soixante matériels — vient de créer un emploi au sein du Groupement d’employeurs pour les chantiers collectifs et l’entraide. « Dans le cadre de cette activité Groupement d’employeurs, les salariés sont mis à disposition directement auprès des adhérents agriculteurs, dans leurs exploitations, sans lien avec le matériel de la Cuma, déclare l’animateur. Ces mêmes salariés sont également amenés à travailler pour la Cuma, hors activité Groupement d’employeurs, pour des tâches d’entretien et de mécanique sur le matériel ou pour des fonctions supports de secrétariat, gestion, voire management ».

Au sein de la Cuma du Val de Veude, en Indre-et-Loire, — qui fonctionne avec une quarantaine d’adhérents sur un périmètre de 25 km, soixante matériels, un chiffre d'affaires de 470 000 euros, un hangar — il existe déjà quatre salariés qui travaillent dans des ateliers mécaniques.

« Dans l’activité Groupement d’employeurs, en association ou en Cuma, l’organisation du travail est primordiale, avertit Anthony Chambrin. Elle permet une cohérence du groupe et garantit une qualité de l’emploi et une qualité des services rendus ».

«  Avec une diminution du nombre d’agriculteurs, le secteur ne connaît pas le chômage, a conclu Luc Vermeulen. Le salariat partagé dans les groupements d’employeurs est une solution pour pallier le manque de main-d’œuvre  ».
À savoir que le réseau Cuma s’est donné pour ambition de créer 1 000 emplois de plus d’ici 2020.

Doriane Mantez

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages