Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Les agriculteurs affichent leur solidarité auprès des sinistrés

par Laurence Dupuis, mis à jour à 18:12
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les agriculteurs affichent leur solidarité auprès des sinistrés

Même si les productions agricoles de Seine-et-Marne ont été fortement impactées par les inondations dans certains secteurs, des exploitants agricoles sont venus aider les sinistrés à l’aide de bennes et de tracteurs.

Malgré la crise que traverse l’agriculture et alors que certains exploitants ont été lourdement touchés par les intempéries, la solidarité paysanne s’est tout de suite exprimée.

S’appuyant sur son réseau, la FDSEA 77 et les JA 77 ont apporté leur soutien aux sinistrés des inondations en fournissant citernes, moto-pompes, groupes électrogènes et, bien sûr, du matériel agricole. Durant cet épisode catastrophique où certains ont tout perdu, les agriculteurs ont répondu présent. Avec leurs tracteurs et leurs bennes, ils ont soutenu les services de secours pour aller chercher les sinistrés au plus près de leur habitation lors des crues.

À Nemours et Souppes-sur-Loing, après la décrue, ils ont sillonné, durant plusieurs jours, les rues avec leurs engins pour prêter main forte aux agents communaux ou aux particuliers et dégager au plus vite les déchets et autres ordures.

Comme l’explique Philipe Cochepin, agriculteur à Souppes-sur-Loing et conseiller municipal : « Sachant que l’eau allait être coupée, j’ai proposé au maire de lui apporter notre aide. Quatre citernes pour les points hébergement et la maison de retraite ont été fournies avec l’appui de Nadège Serré. J’ai également proposé de mettre en place des bennes agricoles dans la ville. Grâce à l’appui des présidents cantonaux du secteur, Benoît Timbert et Gilles Huguet, sept bennes ont été trouvées dans l’heure — une dizaine les jours suivants — ainsi que des téléscopiques afin de dégager les rues des encombrants. »

Outre les habitations, les cultures, les élevages, ces intempéries ont aussi durement frappé les entreprises. C’est le cas de Terres bocage gâtinais.

« L’eau est montée jusqu’à 1m30 dans la cour du silo situé au pied du Loing à Saint-Pierrre-les-Nemours. Si la matière stockée n’a pas subi de dégâts, les installations électriques sont détruites. Notre challenge est de les remettre en état pour la moisson. Les appareils de mesure de la qualité ont pu être sauvegardés contrairement à un camion et une voiture », souligne le directeur, Jean-Pierre Pichot, qui s’est attelé dès le samedi 7 juin, aux côtés d’une équipe de dix personnes, à nettoyer le site et rencontrer les entreprises spécialisées afin de voir comment opérer et être prêts pour la moisson.

Autre conséquence, la Seine étant interdite à la navigation depuis le 30 mai, les engagements prévus sur Nemours et Canne-écluse sont reportés, d’où la crainte de stocks de report.

Concernant les cultures sur pied, les dégâts ne pourront être estimés que dans les jours ou les semaines à venir. « De nombreux agriculteurs refont un traitement préventif pour se protèger contre la fusariose, par exemple. Les conséquences des inondations sur les cultures dépendront des conditions climatiques des prochaines semaines et de la capacité à circonscrire le développement de maladies », conclut Jean-Pierre Pichot.

Des mesures d’urgence ont été demandées au cours de différentes rencontres avec des représentants de l’Etat ou des élus. Les représentants de la FDSEA 77, des JA 77 et de la chambre se sont rendus samedi 4 juin dans la plaine de Bière où les cultures maraîchères ont été entièrement noyées sous l’eau voire grêlées. Mardi 7 juin, ils ont détaillé leurs demandes au préfet. Enfin, une délégation régionale a rencontré la présidente de la région Ile-de-France et leur a annoncé des mesures visant à venir en aide au secteur agricole. Les échanges se poursuivront tout au long des semaines à venir.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages