Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Les agriculteurs contre le Leclerc de Galluis (Yvelines)

par Marine Guillaume, mis à jour à 15:06
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les agriculteurs contre le Leclerc de Galluis (Yvelines)

Une vingtaine d'agriculteurs a manifesté son opposition à l'implantation d'un Leclerc à côté du silo de Galluis (Yvelines), le lundi 4 avril.

À Galluis (Yvelines) en bordure de la RN12, le bâtiment de la Sofrasem — société de sélection et de productions de semences — est vide depuis des années.

Le géant de la grande distribution, Leclerc, aimerait y implanter un de ses magasins mais les agriculteurs yvelinois s'y opposent fermement et pour cause : à moins de cinquante mètres de là se trouve un silo agricole.

Lundi 4 avril, ils ont exprimé leur position en se réunissant sur le site — avenue du Pigeon bleu — avec quelques tracteurs pour y installer des banderoles au message très clair : « Non au Leclerc à Galluis ». Car ce que craignent les agriculteurs, c'est que leurs activités — « le bruit et la poussière que génère l'activité d'un silo agricole » — finissent par gêner l'enseigne Leclerc et ses clients et que le silo soit menacé. 

« À l'origine, ce site était une zone d'activité agricole », souligne le président du syndicat local de Houdan à la FDSEA Ile-de-France, François Lecoq : « Ensuite, c'est devenu une zone d'activité et maintenant, on voudrait en faire une zone commerciale. Nous disons non. »

Une position d'autant plus ferme que les infrastructures routières existantes avaient été créées pour des activités agricoles et devraient supporter, à terme, le trafic routier de toute la clientèle du supermarché ainsi que les livraisons de marchandises. 

Si les agriculteurs sont si déterminés, c'est parce que leur silo, « leur maison » comme aime le dire la présidente du syndicat local de Montfort, Chantal Gousson, est directement menacé. 

« L'idée de notre mobilisation est véritablement de protéger notre coopérative et notre outil de travail », insiste l'agricultrice : « Si Axéréal doit partir, il sera très difficile de réimplanter un silo quelque part du fait des difficultés rencontrées dans les autorisations de permis de construire et autres démarches administratives. »

Chaque année, les quelque deux cent cinquante adhérents du silo de Galluis acheminent jusqu'à vingt-cinq mille tonnes de blé, orge, colza, pois et maïs et le silo dispose d'un outil de taille puisqu'il est accolé à la voie de chemin de fer. 

« Les céréales sont directement chargées dans les trains. À l'heure où on parle de bilan carbone, cela devrait avoir du sens », affirme François Lecoq. Grâce à ces banderoles désormais disposées sur le site mais aussi aux entrées du village de Galluis, les agriculteurs espèrent « des réactions et surtout des réponses de la part des politiques ». 

« On nous a vendu les Assises de la ruralité dans les Yvelines depuis six mois. C'est l'heure d'agir avec un cas concret et que notre département nous montre qu'il est attaché à la ruralité et à son agriculture », poursuit François Lecoq, qui vise directement le président du conseil départemental, Pierre Bédier, ainsi que sa vice-présente en charge de ces questions, Pauline Winocour-Lefèvre. 

« Nous attendons aussi des engagements de la part des élus locaux et notamment des maires, ainsi que de la nouvelle présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse. Elle ne doit pas oublier qu'elle a été élue grâce à la cambrousse », ont lancé de concert les agriculteurs présents. 

Si tous s'opposent à l'implantation d'une zone commerciale, ils se disent en revanche favorables à l'installation d'une nouvelle activité sur ce site laissé vacant :« Il faudrait y installer des artisans par exemple. »

Mais si leur position n'est pas entendue, ils promettent d'agir de nouveau et pourraient choisir de bloquer la RN12. 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Festival de la Terre 2017

  • Festival de la Terre 2017
  • Festival de la Terre 2017
  • Festival de la Terre 2017
  • Festival de la Terre 2017
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages