Les betteraves à l’épreuve des pucerons verts

par Laure Sauvage, mis à jour à 17:24
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les betteraves à l’épreuve des pucerons verts

Alors que les betteraves lèvent difficilement en raison de la sécheresse, les planteurs doivent faire face à des attaques massives de pucerons verts pour lesquels les traitements autorisés sont limités à la suite de l’interdiction des néonicotinoïdes.

*edit : l'administration a apporté, ce mercredi 29 avril, une réponse aux demandes de la CGB décrites ci-dessous. Retrouvez le communiqué de la CGB à ce sujet à la fin de notre article.

Les semis de betteraves, qui se sont achevés fin mars, se sont déroulés rapidement (sur une dizaine de jours, à partir du 20 mars, en Île-de-France). À la suite de l’importante pluviométrie hivernale qui a retardé les premiers semis, un épisode de sécheresse a suivi et perdure.

La levée a été rapide pour les parcelles où le lit de semences était encore frais, mais elle s’est avérée plus compliquée dans les terres déjà asséchées ou trop mottues. Seules certaines parcelles ont reçu, de manière localisée, tout au plus 10 mm de pluie les 11 ou 18 avril.

Outre certaines difficultés de levée, la principale préoccupation des planteurs réside dans l’apparition rapide de pucerons verts, conséquence d’un hiver doux et d’un printemps chaud. « Au-delà des conditions climatiques favorables à leur développement, il faut y voir la conséquence directe de l’interdiction d’utiliser des néonicotinoïdes, traitement qui protégeait les semences, entrée en vigueur en septembre 2018 », rappelle la CGB (Confédération générale des planteurs de betteraves) dans un communiqué.

L’an passé les pucerons verts sont arrivés plus tardivement et en quantité plus modérée, les conséquences ont donc pu être jugulées. Cette année, au 20 avril, 70  % des parcelles suivies par le BSV (Bulletin de santé du végétal) atteignaient déjà le seuil d’intervention pour un traitement insecticide alors que les cultures n’étaient qu’au stade 2-feuilles, voire à peine à ce stade. Or, face à cet insecte vecteur de la jaunisse qui se déclare au début de l’été, il faut agir rapidement.

Actuellement, seuls deux produits restent autorisés. Le Movento, produit systémique, utilisable dès le stade 2-feuilles (à titre dérogatoire) mais insuffisamment rapide et durable en cas de forte infestation et plus cher. Quant au Teppeki, s’il s’avère plus opérant dans la situation actuelle, il n’est applicable uniquement qu’à partir du stade 6-feuilles et sur un passage.

De plus, au regard de la précocité du développement des pucerons verts cette année, trois passages risquent d’être insuffisants jusqu’à la phase de recouvrement, phase moins sensible.

Dans ce contexte, la CGB, appuyée par l’Institut technique de la betterave (ITB) demande en urgence deux dérogations. La première pour pouvoir utiliser le Teppeki dès le stade 2-feuilles afin d’apporter une réponse immédiate aux fortes infestations constatées en plaine. La seconde  : la possibilité d’appliquer un second traitement de Teppeki pour couvrir, en cas de besoin, toute la période de sensibilité des betteraves aux pucerons verts, c’est-à-dire jusqu’à la couverture du sol.*

«  La filière ne comprendrait pas que la récolte 2020 soit gravement menacée du fait de la surdité de nos autorités sur ces sujets  », a déclaré Franck Sander, président de la CGB.

En attendant, tous les planteurs sont appelés à la plus grande vigilance et observation de leurs parcelles, à suivre régulièrement le site Alerte pucerons de l’ITB et à se rapprocher de leurs délégués ITB le cas échéant pour apporter la meilleure solution. Attention, aucun autre insecticide n’est efficace sur ce type de puceron, résistant notamment aux pyréthrinoïdes et carbamates (Karaté K, Keshet…).

Le développement de la jaunisse risque d’amputer le rendement de 30 à 50  %. Pour tenter de l’éviter, trois à quatre passages sont nécessaires par pulvérisation aérienne, une ineptie qui pose de nombreuses questions tant au niveau économique (coût des traitements, impact de la maladie) qu’environnemental.

L.G.-D.

* ce 29 avril, la CGB a été informée par le ministère de l'Agriculture que l'Anses a modifié hier l'autorisation de mise sur le marché du Teppeki, permettant son utilisation dès le stade 2 feuilles de la betterave. Retrouvez ici le communiqué complet de la CGB.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages