Les Cuma, une solution pour réduire l’endettement et l’isolement

par Laure Sauvage, mis à jour à 11:24
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les Cuma, une solution pour réduire l’endettement et l’isolement

Cap cuma, partenariat entre les Cuma et le Crédit agricole, a été présenté lors de l’assemblée générale de la FRCuma d’Ile-de-France, le 20 juin à Chevry-Cossigny.

« L’Île-de-France, c’est 10 % des Cuma françaises mais 10 % des créations en 2018. Toutefois, nous devons être plus visibles et plus disponibles. Pour réduire l’endettement et l’isolement, la Cuma est une solution. On adhère qu’à ce qu’on connaît, alors montrons-nous. Je suis sûr que le modèle plaira. Il y a encore de la place ».

Telle a été la conclusion du rapport moral du président de la Fédération régionale des Cuma d’Île-de-France (FRCuma Ile-de-France), Vincent Boddaert, le jeudi 20 juin à la ferme de Passy à Chevry-Cossigny.

En 2018, de nouvelles Cuma ont vu le jour (bâtiment pour les plants de betteraves, alambic pour les huiles essentielles). L'Île-de-France est l’une des régions où le réseau Cuma se développe le plus, avec une représentation de tous les matériels. Des journées techniques ont été organisées pour aider une Cuma à choisir son outil, par exemple pour le déchaumage, qui a réuni 80 participants en août dernier. Une journée sur les outils à dents est d’ores et déjà programmé en septembre dans le Loiret.

La FRCuma d’Ile-de-France compte 62 Cuma - soit 942 adhérents - dont la Cuma du Plateau de Brie, présidée par Alexis Lepeu, qui accueillait cette assemblée générale sur son exploitation avec son épouse Marine.  

« Cette Cuma regroupe une vingtaine d’adhérents et compte plusieurs sections. Créée dans les années 1980, elle fédère les exploitants autours de certains chantiers. C’est aussi la mise en commun d’humains » , a expliqué Marine Lepeu. Comme pour de nombreuses Cuma mises en place à cette époque, les semences fermières et la récolte de betteraves en étaient les activités fondatrices. Depuis peu, certains matériels ont été adaptés à la méthanisation, sauf pour l’épandage du digestat, car cette activité s’avère trop contraignante au niveau réglementaire.

L’année 2018 a aussi été marquée par la rénovation  du PCAE (Plan de compétitivité des exploitations agricoles) qui devient plus accessibles pour les Cuma et dont les plafonds ont été relevés.

La FRCuma a également été associée dernièrement à la chambre d’Agriculture lors de certaines plate-formes avec la mise en place d’essais et de bancs d’essais tracteurs.  

« Alors que le réseau est en cours de redynamisation, de nombreux projets sont en cours, dont l’évolution de la convention avec la Chambre qui a besoin de conseils en machinisme alors que les techniciens FRCuma disposent de plus de temps » .

Enfin, les caisses de Crédit agricole Brie-Picardie et d’Île-de-France ont présenté la convention qui devrait être signée à l’automne prochain visant à accompagner les Cuma à l’aide d’outils efficients, via Cap Cuma.

Cette convention permettra de mieux adapter les financements des caisses régionales aux conditions d’utilisation du matériel des Cuma et au rythme de renouvellement des machines. Les Cuma bénéficieront également de conditions privilégiées.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages