Les effluents d'élevage décortiqués à Miermaigne

par Hervé Colin, mis à jour à 10:57
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les effluents d'élevage décortiqués à Miermaigne

La chambre d'Agriculture a consacré ses 18es Universités du soir au thème des effluents d'élevage, le 10 décembre à Miermaigne, autour de trois interventions particulièrement riches.

Les 18es et dernières Universités du soir organisées par l'équipe en place de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, le 10 décembre à Miermaigne, ont été consacrées aux effluents d'élevage.

Dans une salle bien remplie, trois thématiques ont été déployées par les intervenants : la réglementation, la valorisation agronomique des effluents et les échanges dont ils peuvent faire l'objet.

C'est Isabelle Loquet, du pôle conseil performance élevage de la Chambre, qui a détaillé les aspects réglementaires qui s'appliquent aux effluents. Une intervention d'autant plus justifiée que ceux-ci sont relativement complexes et évoluent régulièrement. De quoi en perdre son latin...

Ainsi, par exemple, les distances d'épandages ou de stockage au champ par rapport à un tiers diffèrent selon la nature de l'effluent et si l'éleveur est soumis au régime ICPE* ou RSD**. « Parfois le RSD n'a pas été touché depuis 1976 et certains départements se sont alignés sur le régime ICPE », a-t-elle pointé.

La façon de constituer le stockage, pour les fumiers compacts non susceptibles d'écoulement, ou de le couvrir sont également précisés par des textes. De même, les périodes d'interdiction d'épandage varient selon la nature de l'effluent — type I ou II — et la culture.

La seule règle simple c'est l'interdiction d'épandre toute l'année sur un sol non cultivé.

Les conditions d'épandage sont spécifiées aussi : la distance par rapport à un cours d'eau, sur les sols enneigés, gelés, détrempés ou en pente « du fait du changement de la loi, il y a eu beaucoup de contrôle », a prévenu Isabelle Loquet.

Pour sa part, l'agronome de la Chambre, Dominique Delaunay, s'est penché sur les valeurs agronomiques et l'utilisation de ces effluents sur la ferme. Pour lui, tout commence par la détermination des types de sol de l'exploitation, de leur pH, de la teneur en cailloux, de l'historique des apports en fumier : « Dans les effluents, il y a tous les fertilisants sauf ce qu'il faut pour réguler le pH. Il y a une vraie stratégie à mener autour de la fertilisation phospho-organique », a-t-il pointé.

Selon lui, il faut également analyser les effluents : « Tous sont différents à cause des pratiques d'élevage. Mais s'il n'y a pas de changement, inutile de le faire régulièrement ».

Après avoir expliqué comment procéder à ces analyses, en faisant attention par exemple à ce que la fermentation du fumier ne se produise pas en congelant les échantillons ou en procédant à des analyses de sol toujours aux mêmes endroits et aux mêmes dates car ce qui importe c'est l'évolution, l'agronome a conclu son propos en soulignant que ces analyses « ne coûtent pas si cher ».

Il faut compter autour de 2,50 euros par hectare et par an : « l'intérêt d'une approche globale sur l'exploitation est de tout valoriser et d'acheter le moins possible ».

Enfin, la dernière intervention a été faite par Olivier Mullier, de la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher, qui a parlé des échanges paille-fumier et plus globalement des enjeux pour les liens entre céréaliers et éleveurs. Il a basé son propos sur une étude du sociologue Roger Le Guen (Esa Angers) conduite sur un échantillon de 120 agriculteurs pour identifier les freins et les leviers de ces échanges « qui naturellement ne sont pas très développés », a-t-il relevé.

Parmi les freins identifiés, on trouve côté céréaliers une question de confiance — ils auraient besoin de contrats —, et côté éleveurs le manque de connaissance des attentes des céréaliers. La question du juste prix est importante pour tous. 

Olivier Mullier a ajouté : « Chacun considère que l'autre n'a pas de besoin, les lieux de rencontre n'existent plus et tout est fait pour que chaque exploitant soit autonome ».

Les leviers identifiés sont l'allongement de la rotation et l'amélioration du taux de matière organique pour les céréaliers et le besoin de contact technique, la traçabilité, le local et pallier un manque de surface pour les éleveurs.

L'étude sociologique a montré également que la grande majorité des échanges (59 %) étaient informels. Le succès de ces échanges passe par un engagement dans la durée — « les échanges ponctuels sont des échecs neuf fois sur dix » —, l'absence de contrat ou juste au début et, si possible, la limitation des échanges monétaires.

*Installation classée protection de l'environnement (les élevages les plus importants)

**Régime sanitaire départemental

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages