Les impasses du désherbage débroussaillées en session

par Hervé Colin, mis à jour à 19:04
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les impasses du désherbage débroussaillées en session

Les membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se sont réunis en session le 26 novembre à Chartres. L'ultime rendez-vous de la mandature a été consacré pour une bonne part aux difficultés de désherbage des céréales et à leurs causes.

« Les grandes théories sur la problématique des produits phytosanitaires c'est bien, mais quand on rentre dans la pratique c'est mieux parce que l'on comprend ce que vivent les agriculteurs. Je pense que nous allons avoir des soucis avec le retrait des produits phytosanitaires mais le désherbage en grandes cultures en Eure-et-Loir cela va être quelque chose d'épouvantable. Il me semblait indispensable de rapporter à l'État ce que l'on vit quotidiennement », a déclaré le président de la chambre d'Agriculture, Éric Thirouin, qui présidait l'ultime session de la mandature, largement consacrée à ce sujet.

C'est l'agronome Patricia Huet qui a brossé le tableau de la situation, rappelant que 80 % de la sole eurélienne est représentée par trois cultures semées en fin d'été ou à l'automne : blé, orge et colza, « ce qui pose des problèmes pour la gestion des graminées qu'il faut gérer en cours de culture, donc le gros levier utilisé est le levier chimique ».

Or, depuis dix ans on constate des échecs de plus en plus fréquents et les phénomènes de résistance deviennent récurrents du fait de l'utilisation des mêmes matières actives ou de modes d'action similaires ; les herbicides étant interdits les uns après les autres depuis 2014.

Techniquement, hors sol drainé, il ne reste que trois ou quatre solutions pour le ray-grass et en sol drainé la situation s’aggrave de plus en plus.

« Je me suis battu pour que le Défi ne soit pas interdit complètement dès cet automne, je ne sais pas ce qu'il en sera demain, a pointé Éric Thirouin. Si on échoue et qu'il ne reste qu'un désherbant d'ici 2022, les résistances vont exploser ».

S'adressant au directeur des Territoires, Sylvain Reverchon : « Vous avez suffisamment de connaissances agronomiques pour comprendre... Certains champs en Eure-et-Loir n'ont pas pu être récoltés malgré deux cents euros de désherbant mis. Ils ont été broyés, c'est ce qui risque potentiellement d'arriver demain sur tout le département ».

Le président poursuit : « On nous répond de faire d'autres cultures... Je me tourne vers les coopératives : trouvez-nous des débouchés pour 80 % de la surface du département avec d'autres cultures. C'est faisable sur des centaines d'hectares pour la cosmétique ou d'autres filières, mais pas sur des centaines de milliers. On nous dit aussi de faire du bio mais si tout le monde fait du bio ça ne peut pas fonctionner non plus. Nous avons un vrai problème d'exigence nationale et de pas de temps d'adaptation terrain. Ça va exploser ! ».

À l'issue de l'exposé, un débat s'est ouvert, permettant aux membres de s'exprimer sur le sujet.

Thibaud Guillou a rappelé que le retrait du glyphosate augmentait les difficultés. Pour Jean-Marc Dupré : « Il faut demander au Président de la République s'il veut encore de l'agriculture demain. On prend des décisions idéologiques qui n'ont rien de scientifique et qui vont à l'encontre du bon sens ».

Néanmoins, des pistes ont été tracées pour sortir de l'impasse, comme satisfaire les besoins des éleveurs en fourrages.

Pour Geneviève Prieur : « Il faut ici savoir prendre de la hauteur. Nous avons des atouts, la chance d'être proche d'une grande agglomération, nous devrions réfléchir à développer des filières... ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages