Les irrigants rencontrent les gendarmes à Viabon

par Hervé Colin, mis à jour à 17:42
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les irrigants rencontrent les gendarmes à Viabon

Il valait mieux venir avec une chaise, ce soir-là. En effet, la salle communale de Viabon s'est trouvée archi pleine le soir du 14 avril pour la réunion organisée par l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir avec le Groupement de gendarmerie départemental. Au menu : les vols récurrents de métaux sur les rampes et pivots, et la sécurité des exploitations.

« Cela fait quelques années que nous sommes embêtés par ça », a pointé le président de l'AIEL, Jean-François Robert : « Et je crois que nous avons besoin de travailler ensemble. »

« Je suis venu ce soir pour expliquer, mais aussi pour témoigner de l'engagement sans faille des compagnies de Châteaudun et Lucé dans la lutte contre cette délinquance », a précisé d'emblée aux irrigants le commandant du groupement de gendarmerie eurélien, le colonel Éric Lamiral : « Oui, il y a un souci de délinquance, le voleur s'adapte à nos dispositifs, c'est son métier. L'idée, c'est de rendre sa vie impossible et donc “durcir” vos installations. »

Le colonel distingue deux types de délinquance, l'une locale, plutôt maîtrisée et une autre qui vient de plus loin. Selon lui, la lutte s'organise sur trois champs : « la dissuasion, la répression et la prévention. Pour les deux premiers, je n'ai pas besoin de vous. En revanche, sur le volet prévention, nous avons désespérément besoin de vous. »

Car si le territoire est jugé difficile par les forces de l'ordre compte tenu de son absence de relief et de la densité de son réseau routier, en revanche, les agriculteurs ont des yeux. Aussi, les différents officiers de la gendarmerie qui se sont succédé à la tribune ont tous insisté sur la nécessité de composer le 17 pour signaler tout véhicule suspect et leur permettre de démarrer le travail d'investigation.

L'autre volet de la prévention consiste a freiner le travail des voleurs en installant des feuillards sur les rampes : « Nous avons constaté que les délinquants suaient sur les feuillards », a pointé le colonel. De fait, les longueurs de câble volées sont plus faibles si le matériel est sécurisé. Il existe également des détecteurs d'anomalies ou des caméras de surveillance.

Aussi, pour aider les agriculteurs à faire un diagnostic du niveau de sécurisation de leur exploitation, le groupement de gendarmerie leur propose de faire appel à son correspondant référent sureté. Celui-ci effectue une visite — gratuite — de l'exploitation avant de prodiguer ses conseils.

Enfin, devant l'exaspération de certains à propos de l'inefficacité des dispositifs déployés par les forces de l'ordre, le colonel Éric Lamiral a rappelé qu'en aucun cas les exploitants devaient se munir d'armes « car c'est vous qui constitueriez une menace pour nous », a-t-il argué, ajoutant : « S'il y avait des solutions toutes faites, ça se saurait. En attendant, nous marquons des points, le bilan de la délinquance est bon. Nous n'avons pas eu de chiffre aussi bas depuis 2010. Nous ne voulons pas de milice, mais des yeux et des oreilles. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages