Les JA d'Ile-de-France s'invitent dans une conférence de Stéphane Le Foll

par Marine Guillaume, mis à jour à 11:35
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les JA d'Ile-de-France s'invitent dans une conférence de Stéphane Le Foll

C'était une occasion rêvée pour rencontrer le ministre de l'Agriculture. Les Jeunes agriculteurs d'Ile-de-France l'ont brillamment saisie. Mercredi 11 mars, Stéphane Le Foll était l'invité des « Mardis de l'Essec », un cycle de conférences organisées par l'école de commerce de Cergy (Val-d'Oise), pour parler d'agriculture. Questions en mains, un petit groupe de JA s'est glissé dans la salle avec la ferme intention d'interpeller le ministre.

Au travers d'une série de questions posées par les étudiants de l'Essec, Stéphane Le Foll a d'abord longuement exposé sa vision de l'agriculture et, notamment, de l'agroécologie. « J'ai la volonté de proposer un modèle qui soit tourné vers l'avenir », a expliqué le ministre : « L'agroécologie permet d'économiser en produits phytosanitaires, en engrais, d'éviter le recours aux énergies fossiles car on ne laboure plus... »

Et à propos du vote de la loi d'avenir, il ajoute : « Elle a été votée à une large majorité mais l'environnement est vécu comme une contrainte par les agriculteurs. Ce qu'il faut comprendre, c'est que derrière l'enjeu environnemental, il y a des opportunités économiques. C'est une double performance rendue possible par l'agroécologie. » Le ministre a ensuite évoqué la mise en ligne prochaine « d'un outil informatique qui permettra à chacun d'évaluer son niveau agroécologique », ajoutant : « Il s'agit de faire de la sensibilisation car l'agroécologie est une vraie évolution qui ne peut pas passer par des aides. Car si un jour, il n'y a plus d'aides, il n'y aura plus d'environnement ? »

Interrogé ensuite sur les OGM, Stéphane Le Foll a indiqué que la recherche doit se poursuivre mais que « l'usage des OGM de première génération est totalement révolue. Cela augmente de façon considérable et incontrôlée la résistance aux herbicides et c'est totalement contraire aux projets agroécologiques que je défends. » 

La parole a ensuite été laissée à la salle pour des questions. Le président de Jeunes agriculteurs d'Ile-de-France, Alexandre Ruèche a immédiatement pris la parole et interrogé le ministre sur la place de la France dans les exportations, en précisant : « Nous étions deuxièmes en 1995, nous sommes aujourd'hui quatrièmes. Allons-nous continuer à régresser ? Prônez-vous une politique du déclin ? » Évoquant l'émergence et la puissance du Brésil, Stéphane Le Foll a indiqué que le gouvernement « travaille à redresser la barre avec une double stratégie : reconquérir des parts de marché et réorganiser la production française ». 

À la suite, c'est Aurélien Sargeret, des JA d'Ile-de-France, qui a interpellé le ministre, pointant « un discours contradictoire », notant : « C'est assez dérangeant d'encourager les exportations et de plaider pour l'agroécologie. » Là encore, le ministre a répondu : « Production et rendement ne sont pas opposables à l'idée d'agroécologie. Les pionniers obtiennent des rendements qui ne sont pas inférieurs, voire qui sont supérieurs à l'agriculture conventionnelle alors qu'ils utilisent 30 à 50 % de produits phyto et d'énergie fossile en moins. »

Visiblement déterminé à convraincre son auditoire, le ministre a achevé son intervention en expliquant que l'agroécologie est « source de recherches et d'innovation et qu'elle constitue un potentiel de créations d'emplois et de services ».  Un argumentaire qui n'a pas séduit les Jeunes agriculteurs qui ont qualifié le ministre « d'idéaliste ». 

À l'issue de la conférence, les Jeunes agriculteurs ont attendu le ministre et se sont adressés directement à lui. « Monsieur le ministre, nous avons entendu votre discours mais venez dans nos fermes franciliennes, venez vous confronter à la réalité de nos exploitations, n'ignorez pas l'Ile-de-France. Vous parlez des vertus des terres non labourées où les vers de terres travaillent pour nous. On rêverait de ça mais cela se saurait si c'était si facile que ça », ont lancé Aurélien Sargeret et Thomas Brebion. « D'accord, je viens. Mais à une condition », a proposé Stéphane Le Foll : « Vous venez avec moi voir des exploitations en agroécologie et je vais vous montrer que ça marche, y compris dans des sols argilo-limoneux. » « 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages