« Les médias tronquent la vérité, il faut la rétablir auprès du grand public »

par Laure Sauvage, mis à jour à 11:35
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Les médias tronquent la vérité, il faut la rétablir auprès du grand public »

Régulièrement, Hervé Delacour, agriculteur à Gouzangrez (Val-d'Oise), informe les passants au bout de ses parcelles sur les problématiques agricoles. Une communication directe, facile à reproduire pour peu que le lieu s'y prête. Rencontre.

À Gouzangrez, petite commune rurale de 171 habitants nichée en plein Vexin, Hervé Delacour, 68 ans, n'entend pas baisser la garde. Polyculteur (betteraves, céréales et oléoprotéagineux sur 217 ha), il tient, à son niveau, à informer le grand public sur le monde agricole qu'il affectionne tant et entend rétablir quelques vérités.

«  Cela fait pratiquement deux ans que j'ai mis à l'extérieur de mon exploitation un panneau d'affichage dans lequel j'appose régulièrement des articles de presse à destination des promeneurs  », explique-t-il en introduction.

Et des promeneurs, il en voit défiler un certain nombre tout au long de l'année car ses parcelles sont situées non loin de la chaussée Jules César, une voie romaine qui reliait Lutèce à Rotomagus et à Juliobona, et qui, dans le Vexin qu'elle traverse, est pour l'essentiel un chemin de randonnée.

Or, l'une des sorties de ce parcours pédestre déboule près de ses champs. Une aubaine  !

«  L'idée m'est venue car, comme beaucoup d'agriculteurs, je fais chaque jour ce constat amer que de nombreux médias, qui connaissent très mal l'agriculture, nous font beaucoup de tort. Les informations sont souvent orientées, tronquées, illustrées bien souvent par des images décontextualisées, voire désaisonnalisées… Comme un fait exprès, elles portent souvent sur des pulvés à des moments où nous ne les sortons pas… Nous devons donc nous battre en communiquant davantage pour expliquer qui nous sommes, et rétablir la vérité sur ce qu'est l'agriculture française. Il est également très important d'informer le grand public de nos problématiques (réglementations, emploi…), car eux aussi, à leur niveau, sont impactés. On en arrive par exemple à servir dans les cantines scolaires des poissons venus de Chine ou des poulets de Pologne élevés avec des normes sanitaires qui n'ont rien à voir avec ce que nous pratiquons… ll faut les en informer. De même, sur la crise que traverse la filière betterave, ils ne savent que trop peu qu'on risque de ne plus avoir de sucreries françaises…  ».

Le débat est posé, Hervé Delacour entend dire ce qu'il pense.

«  J'en profite pour faire une digression sur l'image de pollueurs que les médias nous collent sans cesse. Bizarrement, ils ne s'intéressent jamais au fait que la SNCF traite le long de ses lignes, mais ils sont très affables dès lors qu'il s'agit de parler de nos ZNT. À cet égard, j'invite les agriculteurs à se saisir de toutes les possibilités de communication qui s'offrent à eux — enquêtes publiques, chartes, etc. — mais aussi à se présenter dans les organisations agricoles (MSA, syndicats, etc.) pour faire part de leur quotidien et de leurs problématiques.  »

«  Je suis moi-même président de la MSA du Val-d'Oise, et j'aimerais que les jeunes agriculteurs s'investissent davantage, leur avenir en dépend  », conclut-il.

Laurence Augereau

Photo : Hervé Delacour affiche actuellement un article du Figaro intitulé « La nature livrée à elle-même n’est pas l’amie du genre humain » dans lequel Sylvie Brunel, professeur à Sorbonne Université, et ancienne présidente d’Action contre la faim, dénonce certaines idées fausses chères aux écologistes.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages