Les OPA réunies par la Chambre pour faire face à la crise

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:21
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les OPA réunies par la Chambre pour faire face à la crise

La chambre d'Agriculture a organisé une réunion exceptionnelle des dirigeants des OPA le 24 août, suite aux résultats particulièrement médiocres de la récolte.

Lundi, les responsables des organisations professionnelles agricoles et économiques du département se sont réunis à la demande de la chambre d'Agriculture pour faire front devant la crise qu'engendre une récolte particulièrement médiocre.

Pour son président Éric Thirouin : « les résultats sont sans appel, catastrophiques pour le département. C'est la deuxième plus mauvaise récolte enregistrée depuis 1976. Nous constatons des écarts importants selon les secteurs, les communes ou les parcelles. Les pertes de rendement sont en moyenne de l'ordre de 30 % (voir ci-dessous) mais ça ne reflète pas la réalité du terrain avec par exemple des parcelles, en pois ou en escourgeons, qui n'ont même pas été récoltées. Il y a également des pertes en pailles, environ 50 %, et en affouragement, de 20 à 30 % », explique-t-il.

À ce constat sur la moisson, s'ajoute celui que l'on peut faire sur les secteurs qui travaillent surtout au printemps, impactés par la crise du coronavirus, à l'image des cueillettes, de l'horticulture ou du maraichage. « Tous les secteurs sont touchés, c'est pourquoi nous demandons l'activation de l'ensemble des mesures que l'on peut prendre pour faire face à cette crise », précise le président de la Chambre.

Une première cellule dédiée doit se réunir le 4 septembre, sous l'égide de la prefecture. « Mais j'invite tous ceux qui sentent que leur situation est fragile à contacter Aidagri, une association où l'ensemble des acteurs économiques est mobilisé pour réagir et accompagner les agriculteurs afin de trouver une solution adaptée à leur situation personnelle ».

L'autre combat à mener concerne la protection des plantes : « Je rencontre le ministre de l'Agriculture jeudi sur le fait d'avoir encore des solutions pour protéger nos cultures, souligne Éric Thirouin. Nous constatons que la restriction de produits phytosanitaires est de plus en plus pesante sur les maladies, nous l'avons vu cette année, mais aussi sur l'enherbement de nos cultures. Il y a une première remise en cause qui a été faite pour la betterave et il y a un autre sujet sur la table qui est l'avenir du glyphosate. Nous continuons à pousser fort pour que le gouvernement arrête de nous enlever nos moyens de protection alors que les alternatives n'existent pas ».

Un troisième volet de la réunion des OPA a été consacré à l'avenir. « Nous avons passé du temps à débattre sur l'avenir de nos exploitations agricoles qui subissent de plus en plus les aléas climatiques, remettant en cause la stabilité de nos revenus. Nous nous interrogeons toujours sur la possibilité d'introduire de nouvelles cultures qui soient plus résistantes à ces changements du climat. D'autre part nous sommes convaincus qu'il faut que nous ayons une vision à long terme sur le stockage de l'eau, qui risque d'être une variable extrêmement importante de nos exploitations. »

L'élu poursuit : « Et derrière, se pose la question du soutien de l'État qui a été en défaveur de notre département lors de la précédente Pac ou du soutien du conseil régional qui a été en défaveur du secteur des grandes cultures ces dernières années. Il est indispensable que les choses soient rééquilibrées, à la fois dans les orientations futures du conseil régional que dans la Pac qui sera en négociation les deux années qui viennent. Il faut savoir qu'un céréalier allemand perçoit 100 euros de plus à l'hectare qu'un céréalier français, ce n'est pas tolérable ».

Hervé Colin

Des rendements en berne
La chambre d'Agriculture a établi les moyennes de rendements par culture : blé tendre 66 q/ha ; blé dur 63 q/ha ; orge d'hiver 59 q/ha ; orge de printemps 70 q/ha irriguée - 45 q/ha non irriguée ; colza 34 q/ha et pois 29 q/ha.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages