Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Les parlementaires alertés sur la situation des agriculteurs

par Chloé Cartier-Santino, mis à jour à 15:00
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les parlementaires alertés sur la situation des agriculteurs

Une réunion exceptionnelle du Conseil de l’agriculture départementale (Cad) s’est déroulée le vendredi 8 juillet à la chambre d’Agriculture avec l’ensemble des organisations professionnelles agricoles du Loir-et-Cher. Les parlementaires du département étaient conviés pour leur dresser le bilan de la situation économique catastrophique des exploitations agricoles.

La conjoncture économique, la météo capricieuse et les inondations dévastatrices entraînent les agriculteurs dans une crise sans précédent. Le Cad (Conseil de l’agriculture départementale), qui rassemble sept organisations professionnelles agricoles (chambre d’Agriculture, FDSEA, Jeunes agriculteurs, Crédit agricole, Groupama, la MSA et Axereal) s’est réuni exceptionnellement pour faire le point sur la situation de l’agriculture en Loir-et-Cher suite aux inondations de mai et juin.

Maurice Leroy, député et président du conseil départemental, et le député Denys Robiliard ont participé à cette réunion.

« La moitié de la production ne va pas être réalisée et seulement un tiers des agriculteurs ont souscrit à une assurance qui, avec au minimum 25 % de franchise, va prendre en charge environ la moitié des dégâts », souligne Florent Leprêtre, président du Cad et de la FDSEA 41.

La perte estimée à 150 millions d’euros mi-juin a été réévaluée à 300 millions d’euros mais les chiffres définitifs tomberont à la fin de l’été. Les assurances permettront de couvrir une partie des pertes, mais 170 millions d’euros ne seront pas compensés sur les exploitations agricoles, quelles que soient les productions.

« Nous avons décidé d’indemniser les grandes cultures touchées par les maladies liées à l’excès d’eau », souligne Jean-Christophe Mandard, président de la fédération Groupama de Loir-et-Cher, avant de rappeler : « Si on ne peut pas expertiser avant la récolte, il faut laisser une bande témoin sur la parcelle. »

Au 7 juillet, l’assureur a déjà reçu 450 déclarations de sinistres et il en reçoit tous les jours. Au vu des premières moissons, il est indispensable de déclarer toutes les cultures pour ceux qui sont assurés.

De son côté, le conseil départemental a débloqué un fonds d’urgence de 300 000 €. « Cet argent ira en priorité aux jeunes agriculteurs les plus impactés qui représentent l’avenir de la profession », précise Florent Leprêtre.

Et Camille Lecomte, président des JA 41, d’ajouter : « Lorsqu’on s’installe, la capacité financière n’est pas au rendez-vous et il est difficile de faire face. »

La région Centre Val-de-Loire a également débloqué 500 000 €. « Nous réaffirmons que le Loir-et-Cher et le Loiret doivent bénéficier d’une somme à la hauteur de l’ampleur des inondations », rappelle Florent Leprêtre.

Et au-delà de la catastrophe économique, les conséquences psychologiques pour les agriculteurs les plus impactés sont également importantes et pour certains, le moral est au plus bas. « Notre priorité est l’accompagnement par des actions de sensibilisation et d’écoute. Il faut garder le moral en restant unis pour ne pas en laisser sur le bord de la route », insiste le président de la FDSEA 41.

Le Cad estime que, pour avoir une agriculture performante et construire un avenir plus serein sur tous les territoires, il faudrait notamment réadapter la fiscalité et mettre en place une assurance attractive pour toutes les productions.

« Les événements vont bousculer beaucoup de choses et laisser très longtemps des traces mais le Loir-et-Cher a un bel avenir devant lui par rapport à sa diversité », conclut Philippe Noyau, président de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages