Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Les problèmes de désherbage s'invitent à la chambre

par Hervé Colin, mis à jour à 17:52
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les problèmes de désherbage s'invitent à la chambre

La quatrième édition des Universités du soir organisées par la chambre eurélienne d'Agriculture s'est déroulée le 14 septembre salle Mathurin-Régnier, sur le thème des échecs du désherbage.

« Je pensais qu'avec un thème pareil il y aurait plus de monde ce soir que lors de notre édition sur l'azote... », pointe Gilles Égasse qui la préside, en ouverture de la quatrième édition des Universités du soir qu'organise la chambre d'Agriculture eurélienne.

Néanmoins, ce sujet des échecs du désherbage antigraminées dans les céréales, ou comment faire face aux résistances, attire un peu plus de deux cents agriculteurs salle Mathurin-Régnier le 14 septembre.

Car c'est un fait avéré, qui n'a échappé à personne et dont tous les agriculteurs parlent : depuis quelques années, la plaine se salit.

« Mais c'était bien pire avant : jusqu'au début du XXe siècle, on pouvait compter jusqu'à deux cent mille graines d'adventices au mètre carré et il fallait une semaine pour désherber à la main un hectare de blé ; un travail réservé aux femmes », rappelle Jacques Gasquez, directeur de recherche honoraire de l'Inra de Dijon : « Jusqu'à la découverte des herbicides de synthèse... »

Et on a longtemps cru que les herbicides allaient tout résoudre, un peu la même illusion qu'en médecine avec les antibiotiques.

Or, le même mécanisme s'est mis en place : des résistances sont apparues. Les premières en 1976, avec les triazines.

Et c'était inéluctable : « Tout herbicide révèle des résistants chez n'importe quelle espèce et toute espèce est susceptible de contenir des résistants à n'importe quel herbicide », note le chercheur, qui ajoute : « C'est l'agriculteur qui sélectionne inconsciemment ces plantes résistantes. »

Ainsi, pour Jacques Gasquez, « plus l'agriculteur réduira la dose d'un herbicide, plus il risquera des efficacités très variables et imprévisibles. Et les plantes restantes, toujours les plus résistantes, enrichissent le sol de leurs graines... Si une population d'espèce se met à exploser, il faut la contrôler par tous les moyens », assène-t-il : « Laisser se développer une résistance est une catastrophe qui peut vous coûter la peau des fesses... »

Dans sa conclusion, le chercheur prévient : « L'obligation de réduction du recours aux herbicides va contribuer à une surenchère à la baisse et à une réduction du nombre de molécules qui va favoriser les résistances. À force, il n'y aura plus d'herbicide efficace et des cultures seront compromises par manque de solution... »

Après ce premier exposé, Fabien Bellet, ingénieur chez Bayer CopScience, fait un état des lieux de la recherche : « Il n'y aura pas de nouveaux modes d'action antigraminées dans les sept ans à venir », révèle-t-il.

Néanmoins, tout n'est pas perdu. Patricia Huet, agronome de la chambre d'Agriculture, souligne le rôle que peuvent avoir les leviers agronomiques dans la gestion des adventices, « l'objectif étant de retrouver une situation gérable ».

Elle délivre ensuite une série de leviers, comme la rotation ou le décalage de la date de semis, et conseille : « Semez vos parcelles les plus sales en dernier, labourez après un échec et choisissez les variétés les plus couvrantes. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages