Les producteurs euréliens restent fidèles au marché de Chartres et s'adaptent

par Laure Sauvage, mis à jour à 17:17
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les producteurs euréliens restent fidèles au marché de Chartres et s'adaptent

Le marché de Chartres du samedi matin n'a pas connu d'interruption, il a dû s'adapter à la nouvelle donne pour permettre le respect des gestes barrières. Rencontre avec quelques producteurs.

S'il ne faut pas montrer patte blanche, il y a des règles à respecter pour pénétrer sur le marché de Chartres, ce samedi matin. Des mesures imposées pour qu'y soient facilement respectés les gestes barrières nécessaires pour lutter contre la propagation du coronavirus. 

Ainsi, le marché s'est installé sur le boulevard Chasles, scindé en deux par la rue Mathurin-Régnier, pour pouvoir prendre ses aises.

L'entrée sur le site est limitée à cent personnes par des agents de la police municipale, il n'y a qu'un sens de circulation, les stands ont été espacés de plusieurs mètres, des barrières séparent les personnes qui circulent de celles qui font des achats, un marquage au sol indique la distance à respecter entre les clients, des panonceaux sur les stands demandent expréssement de ne pas toucher les produits et les marchands sont munis de masques et de gants.

«  Le marché est bien organisé, constate le producteur de miel de Thivars, Francis Lerat. Avec la présence de la police municipale, je trouve que les gens sont disciplinés. Dans ces circonstances, il me semble que c'est mieux d'être dehors que dans un magasin. Pourtant l'ambiance est triste. Et l'on constate une baisse du chiffre d'affaires, au moins 20  %, les gens n'ont pas la tête à consommer. Nous allons perdre beaucoup cette année, mais on essaye de tenir pour conserver le marché en espérant que ça se calme le plus vite possible. En agriculture nous avons la chance de pouvoir travailler, mais comme l'argent ne rentre pas, il y des investissements qui ne se feront pas  ».

Un peu plus loin, Aude et Alexandre Mornas tiennent leur stand de produits maraîchers bio. «  Aujourd'hui, c'est catastrophique. Il y a beaucoup moins de monde que d'habitude. Nous avons fait 20  % de moins, relève Aude après avoir vérifié le ticket de sa caisse. Le mercredi marche mieux. Nos débouchés se font essentiellement sur les marchés et dans notre boutique à la ferme. Le côté positif c'est qu'il y vient plus de monde et beaucoup seraient intéressés par des livraisons à domicile, mais comme nous ne sommes que deux, entre le temps de préparation des commandes et les livraisons, nous ne pouvons pas nous le permettre en ce moment. Sinon, j'ai le sentiment que côté ambiance, cela va mieux. Les deux premières semaines étaient anxiogènes  ».

Installé dans la seconde partie du marché, le stand de l'exploitation jovienne en maraîchage bio de Gaël Silly est tenu ce matin par sa compagne, Pauline Hurault, exploitante céréalière pour sa part, et deux salariés. «  C'est plus simple qu'il y ait une personne pour tenir la caisse. Nous ne sommes pas venus sur le marché pendant deux semaines, car si nos légumes sont produits à Jouy, les fruits viennent de Rungis et nous avons hésité, d'autant que nous sommes dans les semis, explique-t-elle. Nous commercialisons en Amap, ça fonctionne, et sur les marchés de Chartres et Dreux. Nous ne vendons pas de paniers sur l'exploitation pour ne pas mettre en danger les salariés, nous allons plutôt faire des livraisons à domicile. Nous réfléchissons aussi à un drive ou à un magasin. Ce n'est pas facile de s'organiser. 50  % de notre chiffre se fait sur les marchés, mais il a baissé de moitié. Nos clients sont des habitués, assez contents de nous revoir. Les gens ne sont pas si stressés, ils font attention  ».

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages