Les Serres de Misery impactées de plein fouet par le confinement

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:48
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les Serres de Misery impactées de plein fouet par le confinement

Les mesures de confinement impactent fortement la filière horticole francilienne. À Vert-le-Petit (Essonne), les Serres de Misery sont frappées de plein fouet. Frédéric Hervy témoigne.

À Vert-le-Petit (Essonne), les habitants voient en ce moment fleurir des champs entiers de tulipes. Un paysage à la hollandaise certes magnifique mais qui désole profondément Frédéric Hervy, à la tête des Serres de Misery depuis seulement deux ans.

Depuis le début de la crise liée au coronavirus, l'horticulteur doit affronter de nombreuses difficultés pour maintenir son exploitation à flot.

«  Les champs de tulipes fleurissent mais ça n'aurait jamais dû être le cas. Normalement, je les coupe vertes, explique amèrement l'horticulteur. Les difficultés ont commencé dès les premières restrictions et fermetures de marchés de l'Oise. Certains clients de marchés avaient commencé à réduire, voire stopper leurs achats. Et puis, la catastrophe est arrivée lors de l'annonce du confinement lorsque le pavillon C1 du Min de Rungis a fermé du jour au lendemain. Or, c'est notre unique débouché en temps normal  !  ».

Si quelques épiceries fines parisiennes ont pris le relais de fleuristes ayant fermé boutique, les volumes écoulés sont incomparables. «  Cela représente à peine un dixième de mes ventes à la semaine. Je produis 800 000 tulipes à l'année, c'est ma production principale. Le reste est en train de partir au composteur, c'est un désastre  », constate celui qui produit toute l'année fleurs coupées et feuillages exclusivement en pleine terre.

Si en temps normal les Serres de Misery comptent huit salariés, aujourd'hui les effectifs sont quasiment réduits de moitié. «  Certains sont en chômage partiel et d'autres m'ont carrément donné leur démission  », soupire Frédéric Hervy.

Pourtant, le producteur aurait bien besoin de main-d'œuvre. «  Il a fallu vider et nettoyer la chambre froide, environ 100 000 tulipes. Il faut également détruire progressivement la production dans les champs. Et puis, on tente d'entretenir la production de renoncules au cas où un redémarrage serait possible dans les prochaines semaines, mais on est dans le flou total, on ne sait même pas si ce sera possible et si ce que l'on fait est utile  !  »

Aux Serres de Misery, Frédéric Hervy continue également de recevoir les commandes de graines et jeunes plants qu'il avait passées pour les productions à venir. «  C'est le même casse-tête, il va falloir les implanter sans savoir ce qu'on pourra en faire.  »

Le producteur soulève alors les difficultés financières importantes auxquelles il doit faire face et concède avoir du mal à imaginer la sortie de crise.

«  Il faut payer les charges, les commandes, avancer le chômage partiel de mes salariés… Je n'ai que des sorties d'argent et aucune entrée et pour le moment, les banques ne nous aident pas vraiment  ! Sans compter l'éventualité que certains de nos clients puissent ne jamais rouvrir, et nous laisser avec des impayés. Honnêtement, je ne suis pas très serein sur l'avenir. J'espère simplement que nous pourrons nous relever de cette crise, mais ce n'est même pas certain.  »

Marine Guillaume

Photo : EPA

Les Serres de Misery viennent de créer une boutique en ligne pour les professionnels, qui sera prochainement aussi disponible pour les particuliers.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages