Loir-et-Cher : actualité chargée mais pas enjouée

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:06
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Loir-et-Cher : actualité chargée mais pas enjouée

En cette rentrée 2019, l’actualité agricole est dense dans le département. La chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher a fait un point lundi dernier à Blois.

Lundi 23 septembre, le président de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, Arnaud Bessé, et sa directrice, Alice Tissier, sont revenus sur les sujets abordés lors de la dernière session  : sécheresse, stockage de l’eau, ZNT (Zones de non-traitement), HVE (Haute valeur environnementale), réduction de la TATFNB (Taxe additionnelle à la taxe foncière sur le non-bâti)…, tout y est passé.

«  Lors du bilan moisson, nous avions évoqué nos craintes au sujet de la sécheresse. Et tout ce qui s’est dit s’est confirmé, regrette Arnaud Bessé. La sécheresse estivale a des conséquences directes sur l’affouragement des troupeaux, sur la productivité des animaux, sur la qualité des prairies, ainsi que sur l’ensemble des productions agricoles. Certains éleveurs sont découragés  ».

L’impact économique au niveau des élevages est évalué à plus de 5,2 millions d’euros de charges pour réaliser le ré-affouragement des troupeaux, et plus de 1,6 million d’euros de perte de production, soit en moyenne 13 000 euros par élevage impacté.

Afin de faire un état des lieux, une enquête a été menée auprès de chaque élevage du département, «  pour voir toutes les situations difficiles, cas par cas, et apporter la meilleure solution à chacun, a déclaré le président. Plus que jamais en cette période de crise on a besoin de garder le contact avec eux  ».

Une situation d’urgence qui soulève de nombreuses questions, dont celle de l’accès à l’eau. «  Bien que ça fasse des années que nous évoquons le problème de l’eau, il n’y a toujours pas d’approche globale. Monsieur le Préfet avait annoncé la mise en place d’une cellule. Il serait bien qu’elle soit effective rapidement  », a annoncé Arnaud Bessé, avant d’enfoncer le clou  : «  On a déjà fait ce constat il y a huit ans (sécheresse 2011), on savait ce que l’on devait faire, mais à la suite de problèmes politiques, idéologiques et financiers rien n’a été fait ou pas grand-chose  ». Selon lui, de petites réserves multi-usages seraient la clé  : irrigation, réserve incendie, soutien d’étiage, bassin tampon de drainage…

Cette réunion a bien évidemment été l’occasion de rappeler l’opposition totale de la Chambre au projet de décret et d'arrêté relatifs à l’utilisation de produits phytosanitaires à proximité des habitations.

«  Pour faire simple, les agriculteurs ne font pas n’importe quoi avec les produits de traitement. Ils utilisent des produits homologués, sont formés, respectent des normes et sont tous détenteurs d’un Certiphyto  », a-t-il déclaré avant de rappeler que la profession est engagée en faveur de la mise en place d’une Charte riverains «  pour dialoguer, trouver des consensus et bien vivre ensemble  ».

Afin d’égayer un petit peu cette actualité et éviter la sinistrose, Alice Tissier est revenue sur l’objectif de 50  % de productions bio ou HVE à l’horizon 2030. «  C’est un vrai potentiel économique pour les agriculteurs du département. On s’empare de cet outil pour les aider à y avoir accès  », a-t-elle expliqué. Dans le département, l’approche est collective afin de faciliter son accès et diminuer le coût de la certification qui permet d’atteindre le circuit de proximité, très demandé par les consommateurs. En effet, selon elle «  ce logo permet une visibilité pour le consommateur, quelque chose d’officiel, reconnu, avec un cahier des charges précis et validé par l’ensemble de la population  ».

Le président a clôturé ses propos autour de l’annonce de réduction de la TATFNB, contribuant au financement des chambres d'Agriculture, qui représenterait une baisse de 400 000 euros pour le Loir-et-Cher.

«  Avec les missions de services qui nous sont conférées et ce que l’on fait en plus, on ne sait pas faire sans ce financement qui équivaut à sept emplois et même quatorze avec l’effet Kiss-cool, a-t-il précisé. On est là pour être utile aux agriculteurs, aux forestiers… Et pour cela il est nécessaire de faire du terrain, de maintenir de la proximité et de poursuivre les programmes d’expérimentation qui permettent la recherche de pratiques alternatives  ».

Doriane Mantez

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages