Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Maintien, à cinq ans, des ateliers bovins allaitants en Loir-et-Cher

par Estelle Bescond, mis à jour à 12:29
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn

Selon une enquête menée dans six départements, 66 % des éleveurs de bovins allaitants sondés souhaitent maintenir la production à cinq ans.

Du 16 juillet au 15 octobre, une enquête a été réalisée sur six départements et deux cents exploitations avec un minimum de trente vaches allaitantes, prises au hasard.

L’objectif de ce diagnostic régional était de recenser les moyens de production, les capacités d’évolution et les capacités de production à cinq ans, de capter les orientations stratégiques des exploitations et d’identifier les besoins d’accompagnement pour les changements envisagés.

En Loir-et-Cher, quatre groupes se dessinent : 11 % pensent arrêter l’élevage de bovins allaitants, 3 % veulent diminuer la production, 66 % la maintiennent et 20 % l’augmentent avec une volonté d’intensifier l’élevage.

Ces chiffres montrent bien que des besoins d’investissement en bâtiments seront nécessaires. Sans pouvoir affirmer qu’un lien de causalité existe, on remarque que le groupe « arrêt » possède de petits cheptels et une SAU assez importante. 

L’étude révèle également que 71 % des exploitants dans le groupe « maintien de la production » pensent que le volume de travail sur l’année est « trop important », quand 65 % disent qu’il est équilibré. « Le volume de travail n’est donc pas un frein à la volonté de poursuivre l’élevage », note la conseillère Aurore Piezel.

Pour les quatre groupes, les pics de travail se situent à 57 % sur le vêlage, 49 % sur les récoltes de fourrages, 46 % sur les semis de cultures, 26 % sur les récoltes de cultures ou encore 17 % sur la mise en bâtiments.

Pour gérer ces pics, le groupe « maintien de la production » utilise plusieurs outils :  outils plus performants à plusieurs (82 %), mécanisation (78 %), nouvelles technologies (60 %), gestion technique (50 %), augmentation du personnel temporaire (34 %)…

Dans l’ensemble, la plupart des sondés n’utilisent pas de service de remplacement ou de groupement d’employeurs.

Dans la partie sur la production de l’exploitation, la vente des produits se fait à 58 % au négociant, 48 % au groupement de production, 28 % en vente directe, 17 % au boucher, 14 % à d’autres éleveurs, 8 % par un contrat avec un abattoir.

Ceux appartenant au groupe « arrêt » n’utilisent ni le circuit de vente directe, ni celui du boucher et ni celui du groupement de production. De même, le groupe « maintien » est beaucoup plus équipé que les groupes « arrêt » et « diminution » : caméra, détecteur de vêlage, mélangeuse…

Dans l’ensemble, cette étude met en lumière que les préoccupations sont liées aux charges de production (alimentation et sanitaire) et, surtout, qu’il y a une volonté de la part des éleveurs de maintenir leurs ateliers bovins allaitants dans le département.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages