Maxime Oudeau vient de terminer la récolte de ses ignames

par Estelle Bescond, mis à jour à 16:37
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Maxime Oudeau vient de terminer la récolte de ses ignames

À Saint-Claude-de-Diray, alors que certains ne commenceront la récolte de l’igname qu’en janvier, Maxime Oudeau la finit fin novembre pour se consacrer à ses vignes. La culture de ce tubercule demande un travail de manutention intense.

À genou à l’arrière du tracteur, Maxime Oudeau arrache un par un les ignames de la terre. « En moyenne, on arrive à finir quatre rangs par jour. » Ce jeune agriculteur commence la récolte de ses deux hectares à la Toussaint et la finit fin novembre pour se consacrer à ses vignes. Ce 26 novembre, à Saint-Claude-de-Diray, terres au sable creux et sain, le tracteur avance lentement entre les rangs et creuse un sillon d’environ un mètre. « J’arrache les ignames et les pose sur la terre labourée. Ensuite, mon salarié ne ramasse que les ignames bien calibrées et les dépose dans la remorque, attachée à un second tracteur », explique Maxime Oudeau.

Sur cette exploitation, tout est manuel. Les ignames sont nettoyées au jet d’eau pour ôter la terre. Le lendemain, elles sont emballées dans des cagettes et stockées, prêtes pour le transport jusqu’à Rungis. « Les établissements Godeau m’ont déjà expédié quinze tonnes de marchandises », souligne le producteur. L’igname, plantée la première semaine d’avril, demande un travail de manutention : monter le palissage, installer les fils de fer, refermer les sillons, retirer cette installation au moment de la récolte, arracher les ignames, etc. Maxime Oudeau produit des tubercules courts pour le calibrage des envois, et de sept cents grammes minimum, « sinon il y a autant de pelure que de légume. Je pense que je vais revenir à l’igname longue car elle est moins fragile et n’est pas atteinte de maladies », confie le jeune agriculteur.

Les ignames déformées sont nombreuses cette campagne. « Nous appelons ça de la gale, mais nous ne savons pas vraiment ce que c’est. » Maxime Oudeau a récolté environ vingt tonnes de belles ignames alors qu’une bonne année, le tonnage s’élève à trente ou trente-cinq. Selon leur état de maladie, les galeuses restent comestibles et ce jeune agriculteur les vend moins cher, en deuxième catégorie. Dans certains cas, il les coupe et récupère un plant pour les semis suivants.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages