Méré : un Festival de la terre entre fête et crispation

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:05
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Méré : un Festival de la terre entre fête et crispation

À Méré (Yvelines), le Festival de la terre qui s'est déroulé les 7 et 8 septembre a connu un très grand succès dans un contexte pourtant tendu.

Quinze mille. C'est le chiffre qui tourne dans les esprits de tous les Jeunes agriculteurs d'Île-de-France depuis le week-end dernier. Les 7 et 8 septembre, à Méré (Yvelines), les jeunes du canton de Houdan ont enregistré 15 000 entrées pour leur Festival de la terre.

Une belle récompense pour eux qui ont œuvré sans relâche durant près d'un an pour organiser ce grand événement.

Pourtant, les festivités avaient débuté le samedi matin dans une ambiance plutôt crispée  : agribashing, Ceta, Mercosur, diminution drastique du budget des Chambres, ZNT… L'heure était loin d'être à la fête. Les Jeunes agriculteurs portaient même un brassard noir «  en signe de deuil pour notre agriculture qui se meurt  », expliquaient-ils.

«  L'agriculture est à un tournant de son histoire, où le consommateur est devenu dictateur, a d'ailleurs lancé en inauguration le président du comité d'organisation du festival, Quentin Le Guillous. Il y a 70 ans, la France avait faim, aujourd'hui, elle est rassasiée, l'agriculture meurt et ses paysans avec. Nous attendons le soutien de nos concitoyens, venez nous rencontrer, discuter et stop aux préjugés  ».

Et le président de JA Île-de-France, Frédéric Arnoult, s'est voulu encore plus alarmiste  : «  Vivre un festival avec un brassard noir, je n'aurais jamais pensé en arriver là. J'aimerais faire un discours plus gai mais c'est impossible. Si les ZNT de 150 mètres étaient appliquées, ce serait 107 000 hectares de production qui disparaîtraient en Île-de-France, soit 20  % de la surface cultivée. Veut-on encore d'une agriculture en France  ? Les exploitations mettront la clé sous la porte et moi le premier, les zones délaissées par les agriculteurs seront envahies par les gens du voyage ou les dépôts sauvages et là, cher gouvernement, il faudra assumer  !  ».

À la suite, le président de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France, Christophe Hillairet, et la vice-présidente du conseil départemental des Yvelines en charge de l'agriculture et de la ruralié, Pauline Winocour, ont également tiré la sonnette d'alarme, faisant état «  d'une agriculture victime d'une fracture entre monde rural et urbain, d'une agriculture qui se meurt et qui a besoin d'être entendue  ».

Enfin, la présidente de Région, Valérie Pécresse, a tenté d'apporter quelques solutions à ces multiples inquiétudes à travers notamment l'accompagnement des exploitations dans les mesures agro-environnementales. «  Deux millions d'euros supplémentaires seront alloués à ce dispositif pour faire face à la réglementation  », a-t-elle notamment annoncé.

Cette matinée inaugurale difficile a ensuite laissé place à un Festival de la terre 2019 plus léger où les familles ont été nombreuses à venir profiter du marché du terroir, des très nombreuses animations et à échanger avec les Jeunes agriculteurs présents.

Marine Guillaume

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages