Michel Pouzol, du RMI à l'Assemblée

par Marine Guillaume, mis à jour à 18:13
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Michel Pouzol, du RMI à l'Assemblée

Rien ne prédestinait Michel Pouzol à entrer un jour à l'Assemblée nationale comme député. Il y a dix ans, il vivait dans un cabanon et touchait le RMI.

C'est une vie comme il n'en existe même pas dans les films. Parti de rien et tombé au plus bas, Michel Pouzol est aujourd'hui devenu... député. Un député différent, qui a connu « la galère, la misère, les aides de l'État et la vie en HLM ».

Tout commence, ou plutôt, tout s'arrête un jour de 2002 alors qu'il travaille dans le cinéma. « J'ai fait du journalisme, puis je suis devenu cinéaste et réalisateur. Un projet a capoté et je me suis retrouvé le bec dans l'eau. » Les dettes s'accumulent. Michel Pouzol doit quitter son logement parisien avec sa femme, enceinte, et les deux premiers enfants de celle-ci. Il trouve alors refuge dans un cabanon, en lisière de forêt, à Brétigny-sur-Orge dans l'Essonne. « Ça a été d'une telle violence ! À quarante ans, je me disais que j'avais tout foiré et embarqué ma famille avec moi. »

Installé dans son café préféré à deux pas de l'Assemblée nationale, Michel Pouzol se laisse submerger par l'émotion à l'évocation de ces souvenirs. « Je me suis battu pour avoir droit au RMI et j'étais content que le plat préféré des enfants soit des nouilles chinoises à trente centimes le paquet. » Alors que sa fille naît dans ce cabanon, ce fils d'ouvrier et petit-fils d'agriculteur enchaîne les petits boulots « chez Décathlon et à la Fnac pour garder la tête hors de l'eau ». Dix-huit mois passent ainsi avant qu'une association lui propose un logement. « Quand j'ai vu les yeux de mes enfants, je suis retourné au cabanon et je l'ai détruit. À ce moment-là, on est redevenu des gens presque normaux. »

Puis, un soir de 2007, alors qu'il ne croit pas en la politique, il croise une militante du Parti socialiste et finit par se laisser convaincre d'assister à un meeting de... François Hollande à Évry, puis à des réunions de section du parti. Avec, à l'époque, son « look de biker, cheveux longs et jeans pourri », il se retrouve « à faire campagne pour les élections cantonales parce que Benoît Hamon m'y a incité, presque forcé. Il trouvait que j'avais le sens politique... »

Michel Pouzol est élu conseiller général en 2008 puis député en 2012, sans jamais avoir évoqué son histoire. « La vie de personne ne s'arrange comme la mienne », concède t-il, les yeux de nouveau embués : « Je ne suis pas fier de ce que je suis devenu, je n'ai pas honte non plus de ce que j'étais. Ce serait avoir un manque de respect pour tous ceux qui n'arrivent pas à se relever. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages