Néonicotinoïdes : vigilance et mobilisation restent de mise

par Laure Sauvage, mis à jour à 17:46
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Néonicotinoïdes : vigilance et mobilisation restent de mise

Les députés ont adopté mardi 6 octobre le projet de loi autorisant temporairement les néonicotinoïdes en enrobage de semences. Le texte poursuit son parcours législatif tandis que le temps presse…

Assemblée nationale, mardi 6 octobre  : 313 pour, 158 contre et 56 ­abstentions. Après de vifs échanges entre députés, l’Assemblée a voté la dérogation à l’usage des néonicotinoïdes en enrobage de semences pour les betteraves. Autrement dit, les producteurs pourront utiliser des néonicotinoïdes jusqu’en 2023 de façon dérogatoire.

« Pourront » car le texte doit encore être approuvé par le Sénat où il sera présenté à la fin de ce mois avant de revenir à l'Assemblée pour adoption définitive.

Depuis ce premier vote devant la Chambre basse, les opposants au projet de loi n’ont pas baissé la garde. Ils mènent campagne sur les réseaux sociaux à coup de leitmotivs savamment orchestrés sur la culture de betteraves  : « Néonicotinoïdes tueurs d’abeilles » par-ci, « Néonicotinoïdes tueurs d’abeilles » par-là…

Les chaînes d’info en continu adorent et de nombreux journalistes font à peine l'examen agronomique de la situation… Leur manque de connaissances en la matière est criant et peu de personnes au sein des rédactions semblent avoir les compétences pour s'attacher aux faits et rétablir quelques vérités sur cette culture et les impasses techniques dans laquelle elle se trouve.

Parmi les relais d’opposition au projet de loi, on compte de nombreux élus de partis politiques (EELV, LFI…), des anciens ministres de l’Écologie (Corinne Lepage, Delphine Batho, Nicolas Hulot…), des prétendants à la présidentielle 2022 (Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon…), des associations de défense de l’environnement (Générations futures…), des ONG (­Greenpeace France…), voire de nombreux citoyens qui, le temps d'un tweet assassin, se sont arrogés les qualités d'agriculteur ou d'ingénieur agronome et savent toujours mieux que quiconque comment il convient de cultiver.

Redevenons sérieux. Car à l'heure des arrachages et au vu de la situation économique catastrophique que rencontrent de nombreuses exploitations, le temps presse…

Le calendrier législatif ne joue pas en faveur des producteurs et plusieurs recours sont encore susceptibles, une fois la loi votée, de la mettre à mal  : saisine du Conseil constitutionnel pour le contrôle de sa constitutionalité, contentieux devant le Conseil d’État et/ou la Cour de justice européenne… Et nul doute que l'arrêté nécessaire à l'application de la loi fera ensuite lui aussi l’objet d’un recours devant le juge administratif.

Les débats ne sont donc pas terminés et s'annoncent même encore musclés tandis que la filière souffre et que les betteraviers ont besoin d'y voir clair très rapidement. La mobilisation reste plus que jamais de mise.

Damien Greffin, président de la FDSEA Île-de-France, a ainsi réagi à la suite des résultats du vote devant l'Assemblée : « Pour notre territorialité qui inclut Paris et sa petite couronne, ce sont 49 députés sur 86 qui ont donné leur voix pour cette dérogation. C’est grâce aux actions de sensibilisation des responsables FDSEA/JA, mais aussi grâce aux rencontres auprès des députés des différentes circonscriptions que cette étape a été franchie. Nous leur adressons nos vifs remerciements ainsi qu’à tous ceux qui se sont mobilisés ».

« Bien entendu, a-t-il ajouté, nos actions de sensibilisation vont se poursuivre, le texte n'étant attendu au Sénat qu'à compter du 27 octobre ».

Laurence Augereau

Photo d'archive.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages