Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Nicolas Caillon : jeune éleveur passionné de normandes

par Chloé Cartier-Santino, mis à jour à 13:21
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Nicolas Caillon : jeune éleveur passionné de normandes

Nicolas Caillon, 27 ans, a repris seul l’exploitation de vaches laitières de son père. Il est la quatrième génération d’éleveurs sur sa ferme située à La Chapelle-Vicomtesse, au nord du Loir-et-Cher.

Avant même d’aller à l’école, il voulait déjà suivre les traces de son père. Nicolas Caillon a une passion pour l’élevage de vaches, mais pas n’importe lesquelles : les normandes. Et lorsqu’il les appelle, les belles blanches et brunes galopent à travers champs pour le rejoindre.

« La plus grande c’est Jonquille, elle a une très bonne génétique, elle a même été choisie pour donner des embryons », raconte l’éleveur.

Avant de s’installer, il a suivi un BEP puis un bac professionnel « Production animale » ainsi qu’un BTS « Analyse et conduite d’un système d’exploitation » en apprentissage. « J’ai aussi effectué des remplacements pour voir différents modes de fonctionnement », précise-t-il.

Il a repris l’exploitation familiale en 2010 avec trente vaches et construit un nouveau bâtiment comprenant soixante logettes, une salle de traite et une nurserie.

« Les trois premières années ont été les plus difficiles car les bêtes ont souffert de différentes maladies qui entraînaient jusqu’à 50 % d’avortement », raconte-t-il. Mais une fois ce mauvais cap passé, il a pu doubler son cheptel.

Seul sur son exploitation avec un apprenti, sa priorité n’est pas de faire du volume : « Je veux poursuivre le travail de mes ancêtres. »

Aujourd’hui, il produit 380 000 à 390 000 litres de lait par an qu’il revend à Lactalis. « L’avantage avec les vaches normandes est que leur lait est composé de beaucoup de matière grasse et de matière protéique, donc il est principalement utilisé pour faire du fromage, ce qui est un peu mieux payé », explique-t-il. Cela lui permet d’atteindre un prix net vendu qui avoisine, en moyenne, trois cents euros la tonne de lait.

Mais Nicolas Caillon estime que pour pouvoir se verser l’équivalent d’un Smic, il faudrait que la tonne de lait soit rémunérée 350 à 380 euros, et plutôt au minimum 400 euros pour que ce soit satisfaisant au regard des heures de travail passées (entre 70 et 80 par semaine).

Il a réfléchi à la vente directe, mais cela prend beaucoup de temps et ce n’est pas gérable tout seul. « J’ai aussi mon propre fourrage et dès que c’est possible, les vaches pâturent dans les soixante-dix hectares qui entourent la ferme car j’estime que c’est meilleur pour leur santé, leur bien-être — et ça me coûte moins cher », ajoute l’éleveur. Les vaches sont ainsi nourries avec 50 % de maïs et 50 % d’herbe.

L’élevage représente 75 % de son chiffre d’affaires et la culture de céréales (blé, colza), 25 %.

Nicolas Caillon est également très impliqué dans différents groupes. Il est président du syndicat Jeunes agriculteurs sur le canton de Droué-Mondoubleau et administrateur pour le Loir-et-Cher, il est également administrateur d’une Cuma, du Crédit agricole, du GDA et très actif dans un service de remplacement.

« Il ne faut pas rester seul dans son coin et aller échanger avec d’autres agriculteurs pour se remettre en question et améliorer certains points », explique-t-il. Un esprit collectif qu’il applique au quotidien car il a aussi acheté du matériel avec un voisin et partage un semoir.

Il fait également partie du groupe technicoéconomique en céréales et du groupe lait suivi par le GDA pour travailler sur la réduction des charges. « Comme on ne gère pas le prix de vente de nos produits, c’est la seule solution pour augmenter nos revenus », souligne l’éleveur. Il est enfin adhérent d'un groupement d'achat pour tirer les prix sur ses produits et prendre au fournisseur le plus offrant. « Ces groupes nous aident énormément à passer la crise », ajoute-t-il.

Et en plus de tout cela, il fait partie d’un syndicat d’éleveurs de race normande. « Je suis piqué de ça », sourit-il.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours

  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages