« N’importons pas ce que nous ne voulons pas »

par Laurence Dupuis, mis à jour à 12:34
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« N’importons pas ce que nous ne voulons pas »

Répondant à l’appel national, la FDSEA et les JA de Seine-et-Marne ont débuté le blocage de la raffinerie de Grandpuits dimanche 10 juin dès 23 heures.

« Nous sommes ici pour dénoncer ce que l’État a accordé à Total au sujet de l’importation de l’huile de palme. Nous produisons de l’huile de colza pour les biocarburants. Que va devenir la filière construite par la profession ? Nous dénonçons également les distorsions de concurrence auxquelles nous sommes confrontées, et plus généralement la politique menée par le gouvernement au niveau agricole. N’importons pas ce que nous ne voulons pas », annonce la secrétaire générale de la FDSEA de Seine-et-Marne, Laurence Fournier, lundi 11 juin à Grandpuits, alors que les agriculteurs bloquent depuis la veille au soir ce site Total classé Seveso.

En effet, dès 23 heures dimanche 10 juin, plus de deux cents agriculteurs seine-et-marnais et quarante tracteurs ont bloqué l’accès camion de la raffinerie. « Preuve que les adhérents seine-et-marnais sont sensibles à cette question et mobilisés. Ils ont envie de défendre leur métier. Chaque canton a joué le jeu et s’est organisé afin d’être représenté en permanence. »

Au fil des jours, ils ont été rejoints par des agriculteurs des départements riverains : l’Aisne lundi, l’Yonne et l’Aube mardi, la Côte-d’Or et la Nièvre mercredi 13 juin.

Très organisés, les manifestants étaient prêts à ne rien lâcher et à faire durer le mouvement. 

A 11 h 30, mercredi 13 juin, le président de la FDSEA de Seine-et-Marne annonce la levée du camp aux manifestants. Le mouvement est suspendu dans l’attente du respect des promesses faites par le ministre de l’Agriculture. La profession reste vigilante et reviendra, s’il le faut, après la moisson.

Témoignages

Thomas Minost, agriculteur à Mons-en-Montois : « Je suis présent pour exprimer ma solidarité avec mes collègues et éviter de ronchonner seul dans mon coin. Il faut arrêter d’empiler les normes et laver plus blanc que blanc et d’importer des produits qu’on n’a pas le droit de produire.

Bertrand Dormion, éleveur ovin à Lizines : « À titre personnel, je ne cultive pas de colza mais je suis inquiet de ne plus pouvoir donner de tourteaux de colza à mes moutons et de devoir me tourner vers ceux à base de soja importés avec un risque d’OGM. Une filière régionale aidée pour produire des tourteaux de colza issus de l’usine du Mériot (Aube) risque d’être détruite. »

Benoît Davin, président de l'arrondissement de Soissons pour l'Union départementale des syndicats d’exploitants agricoles de l'Aisne : « Dans l’Aisne, une quarantaine d’exploitants sont venus soutenir le mouvement en Seine-et-Marne et deux bus ont pris la direction de Dunkerque. Si l’autorisation de l’importation d’huile de palme à l’usine de La Mède a été un élément déclencheur, c’est plus un ras-le-bol général contre un Président qui n’écoute pas la ruralité, qui ne connaît pas l’agriculture et ne veut pas l’entendre qui s’exprime. Il se dit Européen mais ne les écoute pas, comme pour le glyphosate. Aujourd’hui, il est en train de casser une filière oléagineuse ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages